Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

LA CELEBRATION DU CINQUANTENAIRE DES INDEPENDANCES DU TCHAD ET LA DIASPORA TCHADIENNE: Quelques réflexions et pistes d’action

En créant le Comité National des Festivités du Cinquantenaire (CONACE), le Président de la République du Tchad n’a pas dérogé au mouvement d’ensemble des ex-colonies françaises d’Afrique de célébrer avec faste le cinquantième anniversaire de l’accession à l’indépendance de ces pays. L’année 2010 s’annonce donc riche d’activités et de couleur.

Si, dans la plupart de ces pays, ces festivités seront l’occasion de faire le point de leurs parcours, pour beaucoup de tchadiens, ces manifestations cristalliseront les espoirs d’un renouveau pour notre pays après un passé des plus tumultueux. L’indépendance restera un vain mot si elle ne se concrétise pas par un mieux-être et une autosuffisance économique et politique. Aussi, les tchadiens, en tournant résolument les yeux vers l’avenir, devraient profiter de cette commémoration pour renforcer les bases de la République fondée sur des valeurs de paix et de justice et pouvant compter sur des institutions et une armée fortes.

En associant les tchadiens de l’extérieur à ces festivités, le Président de la République renouvelle ainsi son appel à l’ouverture pour une contribution effective des tchadiens de tout horizon à l’édification d’un Tchad fort, uni et prospère. Cette invite est bien accueillie par la communauté tchadienne vivant à l’extérieur qui a, à plusieurs occasions, marquée sa volonté de contribuer à l’œuvre de reconstruction. Les retours médiatiques des hommes politiques tchadiens ne sont que le symbole de l’attachement de chaque tchadien à son pays et les signes d’un mouvement plus profond de retour qui n’attend qu’à être encouragé.

Aussi, sans préjuger des actions qui seront entreprises par le CONACE, j’aimerais livrer en ces quelques lignes mes réflexions autour de la célébration du cinquantenaire et proposer au Comité et à la diaspora tchadienne quelques pistes d’action pour une contribution citoyenne à cette renaissance à laquelle s’est attelé le gouvernement tchadien sous l’éclairage de son Président.

Une réconciliation nationale consacrée par un pardon collectif

Tout d’abord, en vue de permettre à la nation tchadienne toute entière de communier à l’unisson au cours de ces festivités et de magnifier son unité et sa détermination à œuvrer ensemble, une amnistie générale devra être accordée à tous les condamnés politiques et d'opinion, connus et inconnus. Dans le même registre, l’année 2010 devra être une année spéciale pour le Médiateur de la République afin que les initiatives de paix et de réconciliation soient multipliées à l’endroit de tous les fils et filles du Tchad.

Une nation reconnaissante à ses fils et ses bienfaiteurs

Je pense également que les festivités marquant le cinquantième anniversaire du Tchad indépendant devraient être l’occasion de sacraliser tous ceux, tchadiens comme étrangers, qui ont consacré leur vie à l’édification du Tchad et patiemment accompagné ce peuple, avec leur moyens propres, sur le chemin du développement . La nation tchadienne se doit d’être reconnaissante à ces héros connus ou anonymes. A l’image du tombeau du soldat inconnu, un mémorial devrait être dressé pour magnifier tous ceux qui lutté pour l’indépendance et ont accompagné les premiers pas de la jeune nation libre.

Pour un retour massif de la diaspora tchadienne

Tout au long de son histoire, la nation tchadienne n’a cessé de voir ses filles et fils quitter le territoire pour un avenir plus paisible et meilleur sous d’autres cieux. A cette première vague de migration s’est rajoutée une deuxième, celle des étudiants et étudiantes partis à la recherche du savoir pour mieux servir la nation. Cette bivalence de la diaspora tchadienne doit être prise en compte dans sa spécificité.

Le gouvernement devra prendre toutes les dispositions en vue d’encourager le retour effectif des nombreux fils du pays contraints à vivre loin de leur pays.  C’est à ce prix aussi que le quinquennat social du Chef de l’Etat prendra tout son sens auprès de cette frange de la population piégée à l’extérieur. Les communautés estudiantines tchadiennes devraient pouvoir saisir cette opportunité pour organiser la Journée de l’Etudiant Tchadien de l’Etranger (JETE) dix ans après la première édition qui a eu lieu à Ndjamena le 02 septembre 2000. Ce faisant, cette jeunesse continuera à cultiver son amour de la patrie et préparer son entrée dans la population active.

Redorer l’image du Tchad à l’étranger

La reconstruction nationale ne peut se faire sans une reconstruction de l’image du pays à l’extérieur. A ce titre, de nombreuses villes à l’Etranger sont jumelées avec des villes du Tchad. L’organisation de semaines du Tchad dans ces villes jumelées devra être encouragé de sorte que tous les tchadiens et ceux qui aiment le Tchad, où qu’ils se trouvent et quelles que soient leurs contraintes, puissent participer aux festivités. Des activités de promotion du Tchad devront y être organisées (expositions, spectacles divers, activités culturelles, artistiques et sportives, échanges, conférences, débats, etc.). De même, au sein des ambassades du Tchad à l’étranger, la promotion du Tchad pourrait être faite par des expositions, des spectacles, des activités culturelles, artistiques et sportives diverses, des échanges, des conférences, des débats, des invitations à mieux faire connaître le Tchad à l’extérieur.

Une contribution de la diaspora au renouveau de la nation tchadienne

Ces quelques pistes montrent combien le chantier est vaste pour le CONACE et le calendrier très serré. En dehors de toute tendance ou clivage politique, associative et culturelle, la diaspora tchadienne devra sans tarder se mobiliser pour être au rendez-vous de l’histoire.

J’aimerais, sans négliger certaines autres formes de contribution, appeler les uns et les autres, à apporter leur expérience et leur savoir-faire, ne serait-ce que le temps des festivités, à cette nation privée de beaucoup de ses valeureux fils. Plus concrètement, la contribution de la diaspora tchadienne pourrait être construite autour des axes suivants :

-          L’animation de diverses conférences-débats. Un des thèmes pourrait porter sur le positionnement stratégique  du Tchad au sein de la communauté et des institutions internationales ;

-          L’organisation d’expositions sur les réalisations et l’expertise des tchadiens de l’extérieur ;

-          L’organisation de missions d’enseignement dans les universités et instituts techniques ;

-          l’organisation de caravanes sanitaires à travers le pays.

Je formule le vœu que ces festivités marquent l’engagement de la diaspora tchadienne à organiser périodiquement à N’djamena des semaines du tchadien de l’étranger.

Tout mes vœux les meilleurs, pour que, ensemble, debout et à l’ouvrage, nous donnons un autre sens au mot Tchad.


Tekoualé

cinquantantchad@yahoo.fr