Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

salibou-garba.jpg

 

COORDINATION DES PARTIS POLITIQUES POUR LA DEFENSE DE LA CONSTITUTION

                                                 (CPDC)                                        

MOT DE REMERCIEMENT DE ALI GABRIEL GOLHOR, PORTE-PAROLE 1er ADJOINT A L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE PRESENTATION DU NOUVEAU COMITE DE LIAISON 

 

Monsieur le Porte-parole Adjoint sortant de la CPDC, Chef de File de l’Opposition politique

Mesdames et Messieurs les Représentants des Partis politiques de l’Opposition démocratique,

Mesdames et Messieurs les Chefs de partis politiques membres de la CPDC,

Mesdames et Messieurs les Représentants de la presse nationale et internationale,

Chers Invité (e)s,

C’est avec honneur et plaisir que je m’adresse à vous, et à travers vous à l’opinion nationale et internationale, en cette circonstance.

Le Porte-parole Adjoint sortant de la CPDC et Chef de File de l’opposition politique, le camarade Saleh Kebzabo vient de nous rappeler de façon concise et claire le chemin que nous avons parcouru et les défis qui nous attendent pour les semaines et mois à venir.

Je voudrais d’abord, au nom de l’ensemble des camarades du Comité de Liaison qui viennent d’être présentés, exprimer à l’ensemble des membres de la CPDC  l’émotion que nous avons ressentie quand ils ont décidé de nous confier la responsabilité de conduire les destinées de notre coalition. Cette émotion traduit à la fois la joie d’être choisis de façon quasi unanime par des compagnons pour conduire notre lutte commune et la prise de la mesure de la responsabilité qui est désormais la nôtre.

Etre choisis de façon quasi unanime est une marque de confiance inestimable qui nous met devant l’obligation de réussir le mandat à nous confié.

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

 

Nous mesurons les tâches qui nous attendent, au regard du contexte qui n’est pas des plus aisés. On l’a déjà dit, la CPDC a réussi le pari de regrouper l’essentiel de l’opposition démocratique de notre pays, de donner de la lisibilité au combat que nous menons pour sortir notre pays d’une situation faite de précarité dans tous les domaines et des angoisses qui pèsent sur des lendemains des plus incertains, en dépit de nos immenses richesses dont le pétrole dilapidé au vu et au su de tous.

Vous le constatez avec nous, le pouvoir fait chaque jour montre de sa détermination à balayer les acquis de l’Accord politique du 13 août 2007, accord obtenu grâce à la  détermination de la CPDC et à la perspicacité de la communauté internationale. Nous tenons ici à lui rendre hommage et à l’exhorter à ne pas désespérer du Tchad et à poursuivre ses efforts en vue de contribuer à asseoir les bases d’une bonne gouvernance démocratique, économique et sociale dans notre pays.

L’interruption brutale des activités du Comité de Suivi et d’Appui de l’Accord politique du 13 août 2007 et sa substitution par un prétendu CNDP est l’expression claire de la volonté de verrouillage de la démocratie. La CPDC refuse et refusera de cautionner toute manœuvre qui escamote l’indispensable dialogue politique en vue de la promotion de la paix, des élections libres et transparentes dans un environnement assaini où l’Etat et ses institutions ne seront plus au service d’un individu, d’un clan ou d’un parti.

Nous réaffirmons ainsi notre engagement à poursuivre notre combat pour sortir les populations tchadiennes de la galère et de la précarité socio-économique où veut l’enfermer le pouvoir MPS. Aujourd’hui, comme l’avait dit un des nôtres ici présent, « les tchadiens vivent la peur au ventre, un ventre de plus en plus vide ».

Conscient de son impopularité grandissante, le pouvoir s’est engagé dans la voie de l’étouffement des libertés : les arrestations arbitraires et les lourdes condamnations se succèdent. Le récent rejet de la demande de levée de l’immunité parlementaire du Chef de file de l’opposition ne change rien à la situation. Vous voyez que notre Comité de Liaison est amputé de deux membres, le Porte-parole titulaire Ibni Oumar Mahamat Saleh et le Trésorier Mahamat Saleh Makki. La CPDC continuera à exiger que la lumière soit faite et que la justice soit rendue sur ce qui est advenu de notre compagnon Ibni Oumar Mahamat Saleh. Nous continuerons à exiger la libération de notre camarade Mahamat Saleh Makki arrêté et maintenu en détention en violation de son immunité parlementaire.

Nous n’oublions pas que des journalistes sont condamnés pour avoir exprimé des opinions critiques vis-à-vis de la gestion calamiteuse du pouvoir. Le sursis qui leur est accordé n’est justement qu’un sursis, le temps pourt Idriss DEBY d’obtenir le poste de membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Les tenants du pouvoir MPS prétendent que le Tchad est le pacificateur de l’Afrique. Mais, les cris de douleurs et de ras-le-bol des populations centrafricaines qui demandent, on ne peut plus clairement, le départ des troupes tchadiennes de la FOMAC en sont un démenti cinglant.

La saison des pluies que nous traversons nous rappelle tristement le caractère mensonger des slogans du pouvoir. On nous parle de N’Djamena vitrine de l’Afrique alors que la plupart des quartiers de la ville sont sous l’eau avec d’énormes risques d’épidémies.

Peut-on parler sérieusement de pays émergent quand des malades mourant de paludisme jonchent les parquets de nos hôpitaux ? Ce n’est pas l’annonce de l’adhésion au programme MAEP (Mécanisme d’appréciation par les pairs de l’Union Africaine) qui fera oublier les tristes réalités de la gestion du pays : gestion personnelle et patrimoniale, gabegie, corruption, dysfonctionnement de tous les organes et structures de l’Etat. L’échec à l’ITIE (Initiative pour la Transparence des Industries Extractives) traduit bien cela.

Notre lutte est difficile certes, mais passionnante. Et son issue ne fait aucun doute. En mettant en place ce Comité de Liaison, nous avons innové en introduisant le principe d’un mandat de douze (12) mois renouvelable une fois. Quoi qu’il en soit, nous poursuivrons notre lutte en mettant un accent particulier sur la consolidation de notre coalition dans un esprit de sacrifice, de solidarité et de respect de la discipline de groupe. Dans les tout prochains jours, nous établirons une feuille de route visant à l’accroissement de notre capacité de combat. Ceci passe par le renforcement de la cohésion en notre sein et l’élargissement de notre base. Un Code de Conduite sera adopté et les nombreux partis qui ont exprimé le vœu de se joindre à nous feront leur entrée.

Mesdames et Messieurs,

Nous ne voulons pas nous étendre outre mesure. L’objet de cette rencontre est la présentation des nouveaux membres du Comité de Liaison de la CPDC. Nous aurons l’occasion de nous retrouver pour parler de la situation désastreuse de notre pays et des moyens d’en sortir.

Cependant, nous ne terminerons pas notre propos sans nous adresser à notre ami Saleh Kebzabo qui a consenti d’énormes sacrifices pour maintenir haut le flambeau de notre coalition, après la disparition de notre Porte-parole Ibni Oumar Mahamat Saleh, après avoir échappé lui-même aux rapts politiques du 3 février 2008, et à plusieurs menaces d’emprisonnement. Il cède le poste de Porte-parole désormais à durée déterminée, pour se consacrer à ses responsabilités de Chef de file de l’opposition. Nous l’assurons de notre total soutien dans cette œuvre colossale et complexe de représentation de l’opposition tchadienne qui est plurielle. Cette pluralité, cette diversité qui, si elle est bien organisée, constituera le gage de l’avènement du changement démocratique que l’écrasante majorité des tchadiens appellent de tous leurs vœux.

 

                                     La lutte continue !