Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

SALLE-DE-CONFERENCE-UA.jpgLe contexte sociopolitique tchadien, devient de plus en plus ambiguë à analyser aussi bien pour les Tchadiens eux-mêmes que pour les acteurs non étatiques étrangers qui interviennent au Tchad et suivent avec une attention  singulière  le cours de choses dans  ce pays.

Partout, les Tchadiens eux-mêmes ne parviennent pas à réaliser comment le pays est plongé dans une spirale infernale où  tout le peuple est incapable de  s’indigner, de dénoncer et  de décrier l’insoutenable et pour enfin, appeler à l’aide le public international sur ce qui se déroule comme une tragédie humaine qui bouleverse et choque la conscience universelle.

 

Oui ! Il y a une tragédie au Tchad. Car ,  jamais, les Tchadiens et Tchadiennes ne sont venus au bout du rouleau, totalement épuisés, dépassés par une série de conjonctures sociales pénibles sans  amélioration notable.

Au Tchad, les cadres, les subalternes, les opérateurs économiques, les travailleurs de l’informel et les militaires vivotent dans un environnement hostile où le quotidien est devenu un défi pour tous.

 

Cette observation faite par l’ensemble de Tchadiens dénote la complexité de la situation et son aggravation  miraculeuse.

 

C’est ainsi que les acteurs étrangers qui interviennent comme personnel technique et autres coopérants sont simultanément étonnés par le silence des Tchadiens devant un tel rythme de vie qui leur est imposé au jour le jour par un militaire, résolu à préserver les acquis de son pouvoir  en faisant fi des revendications sociales et des besoins les plus élémentaires de ses concitoyens.

 

Lors d’une récente rencontre avec un responsable humanitaire étranger en mission à Dakar, nous avons échangé avec lui sur un certain nombre de questions relatives à la  gouvernance politique, à la démocratie, au respect des droits de l’homme, à la confiscation du pouvoir par une militarisation clanique, à l’exclusion sociale.

 

En tant qu’expatrié, mon interlocuteur a  fait preuve d’un regard critique du régime tchadien, de ses œuvres et de la situation apocalyptique vécue par les Tchadiens.

 

A titre d’exemple, il me prend la lancinante question relative aux sorts de prisonniers de guerre et dont les agences humanitaires sont empêchées par les autorités tchadiennes d’accéder à leurs dossiers et d’évaluer leurs états de santé physique et morale.

 

Devant une situation carrément bloquée,  le personnel humanitaire estime que seule, une prise de conscience citoyenne et générale s’impose pour interpeller l’humanité sur un scandale pour non assistance à un peuple qui meurt dans l’agonie.

 

Nous pensons donc qu’au regard des propos tenus par un observateur extérieur sur la situation difficile à laquelle le peuple du Tchad est soumis, il revient et appartient aux Tchadiens seulement d’inverser la tendance en  se soulevant contre toutes les formes de tyrannie et d’absolutisme du pouvoir pour se faire entendre.

 

Ce rôle peut être joué par l’opposition démocratique et la société civile sur place pour mobiliser l’opinion publique locale et alerter l’internationale sur les dérives autocratiques les plus insupportables qui se produisent régulièrement au Tchad et dont les médias étrangers ne sont suffisamment imprégnés  pour en parler autant.

 

La diaspora tchadienne, quant à elle, doit jouer sa partition en  accompagnant les contestations sociales internes par des manifestations  devant les consulats et les représentations diplomatiques du Tchad basés à l’étranger,  permettre ainsi aux médias de leurs pays hôtes, de relayer par voie de presse à leurs gouvernants respectifs de la nécessité que le cas tchadien doit être  désormais inscrit comme  l’une des urgences et des priorités dans l’agenda des sommets internationaux qui traitent les questions se rapportant à la prise d’otage des peuples par des régimes militaires au pouvoir.

 

Makaila Nguebla