Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

YACOUB ADAM
Sur la ligne de front en compagnie de ses camarades, Ahmat Yacoub Adam, combattant de l'UFR
.

L’opposition armée  de l’Est semble entrée dans une importante phase de sa récente histoire. Celle-ci aura le mérite de placer tous ceux qui ont pris les armes pour la cause du peuple asservi durant des longues années débyennes devant leurs responsabilités .Ces dernières imposent une réponse urgente  , énergique et déterminante avec des sacrifices suprêmes  pour éclore un  avènement de paix , de stabilité , de justice sociale et de gouvernance véritablement démocratique, bref d’un monde humain meilleur cher au Tchad.


Par ailleurs, ceux qui ont par leurs agissements cyniques et par leur voracité manducatoire, infesté la noble lutte à laquelle fondent espoir des millions des tchadiens croupissant  dans les ténèbres de la tyrannie, doivent s’inviter à aller pêcher vers   d’autres rives plus poissonneuses.


Une page vient  donc d’être tournée. Et  celle qui est déjà  ouverte  sera écrite en lettres d’or par les dignes fils du pays, conscients de toutes les  erreurs commises sur tous les plans depuis la résurgence de la lutte armée, conséquence directe des dérives dictatoriales d’un régime qui a trahi et abusé de la confiance du peuple tchadien.


Aujourd’hui, la normalisation des relations entre le Soudan et le Tchad  traduite dans le fait par le  séjour à Khartoum  du Pol pot tchadien, offre à la résistance  la plus grande occasion de démontrer qu’elle n’est pas une organisation des mercenaires à la solde d’une quelconque puissance. Sa cause sera, qu’on le veuille ou pas, entendue parce qu’elle est celle du peuple opprimé. Elle est, d’ailleurs , curieusement bien légitimée si on oserait jeter un rapide regard sur la constitution qui régit le pouvoir actuel de Deby, selon lequel le droit à la désobéissance et à l’opposition  à tout le régime qui confisquerait le pouvoir fondé sur l’injustice, l’exclusion et l’arbitraire, marqué par des violations flagrantes des droits humains est reconnu aux citoyens(Préambule de la constitution1996 révisée en2005). Et les citoyens qui en subissent, doivent user de tous les moyens pour reconquérir leur dignité et liberté bafouées. C’est ce que ne cessent de faire les résistants.


Donc le recours à la violence  a été imposé  à chacun  de nous par le  régime de N’djamena qui  est  une meute d’apatrides et de Tchadophobes employés par des étrangers pour détruire, piller, asservir, compromettre le destin d’un peuple afin d’assouvir les appétits de leurs maîtres comme l’avaient réalisé  au XVIe siècle des traitres locaux d’Afrique pendant la traite négrière. Depuis vingt ans, ce que les tchadiens ont vécu et vivent dans leur chair et dans leur os n’émeut personne dans ce monde. Les sourdes oreilles observées par l’opinion internationale s’expliquent  qu’un complot à dimension mondiale contre le peuple tchadien est enclenché. C’est pourquoi, refusant d’être des victimes faciles, les fils du pays n’ont d’autre choix que d’opter pour la lutte armée afin de préserver la dignité du peuple tchadien et  de sauver la nation de l’emprise mafieuse et criminelle de la France coloniale incarnée par ses valets  au pouvoir de N’djamena.


Le Tchad a une histoire particulière. Il n’est ni le Gabon ni le Benin. La différence est de taille. Elle réside dans le parcours historique de notre peuple  depuis la pénétration coloniale en passant par la gestion des territoires conquis par la métropole, les indépendances, le processus démocratique etc...


Si, ailleurs, les Français n’avaient connu aucun obstacle pour administrer des territoires africains, au Tchad, ils avaient laissé leurs peaux. La résistance organisée par le Héros Doutmoura  et la défaite française à zaouïa d’Aingalaka n’étant pas une fiction. Cette page de l’histoire tchadienne omise des manuels scolaires est une référence de dignité, de liberté et de fierté. Et aujourd’hui, personne ne doit déroger à  cette  règle. L’histoire n’est qu’un éternel recommencement !


Depuis janvier 201O, avec la tournure  des événements, un sentiment d’unité et de cohésion nationale s’affirme avec insistance dans les rangs des résistants. Chacun tente de se rectifier pour bien regarder dans la même direction que son camarade. Les maux dont souffre le mouvement de libération du peuple tchadien ont été épluchés et des solutions proposées. C’est une avancée  significative, remarquable et salutaire. Il reste cependant de mobiliser toutes les énergies pour matérialiser la victoire nationale. Finis les divergences d’intérêts, la mégalomanie, les coups bas, les hypocrisies…. Commence une ère nouvelle, étape importante d’une véritable marche révolutionnaire. Beaucoup ont fait sienne une lecture négative du contexte actuel pensant que l’étau qui se resserre autour de la résistance  supprimera la lueur d’espoir que garde encore le  peuple .Ils se trompent éperdument car le tchadien est par essence un homme des situations. Il préfère l’humilité à l’humiliation, la dignité à la servitude. C’est pourquoi, la résistance s’opposera à toute tentative de reddition, surtout  le plan qui est tacitement concocté lors du récent déplacement de Deby en Libye  et qui préconisera, de concert avec les puissances impliquées dans le conflit tchadien, le désarmement de nos troupes et la mise de ses principaux leaders derrière les quatre murs. Ce scénario est plus ou moins similaire à celui dont ont fait l’objet le CNDD et son chef congolais Laurent Kunda d’un côté et le FDLR  rwandais de l’autre, lorsque le Rwanda et la RDC se sont réconciliés il ya une année. Devant de tels pièges, la vigilance devrait être de mise au niveau de la résistance qui parait évaluer aujourd’hui  les résultats  de sa dépendance dans le regret de n’avoir pu bâtir un partenariat politique avec son principal donateur.


En dépit de sa position, la résistance  n’a jamais rejeté tout compromis par la voie du dialogue sauf que les ennemis du peuple tchadien ne lui ont pas facilitée aucune issue pacifique pour ses revendications.Elle continue sur sa lancée sans trébucher pour qu’avec le concours de l’ensemble des tchadiens l’acquisition des idéaux pour lesquels elle se sacrifie se réalise un jour.


Sereine, elle ne décevra jamais quelque soit la situation dans laquelle elle se trouve tout en rassurant le peuple de sa prochaine libération. La résistance est inébranlable !


En avant, la patrie ou la mort, le peuple vaincra !


Ahmat Yacoub Adam

Combattant de l’UFR