Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

darfour-tchad.gif

A l’occasion de la célébration du 20e anniversaire de son accession au pouvoir, Deby a annoncé la fin de la République bananière. Celle-ci a vécu dit-il. Une nouvelle ère commence avec une nouvelle date. Ce sera l’an I de l’Etat de droit au Tchad. Dopé par les youyous des belles et irrésistibles filles du Batha, il a confessé publiquement que les libertés et les droits des tchadiens sont confisqués durant les vingt (20) ans de son précédent règne, il annonce en conséquence devant ce parterre des invités la naissance d’un Etat de droit et en même temps la rupture avec les 20 ans de violence, de terreur, d’intimidation, de famine, de maladie et d’ignorance.

 

Un Etat de droits exige des conditions. Deby peut-il réunir celles-ci et conduire le Tchad vers l’instauration d’un Etat de droit ? Parmi ces conditions il faut une véritable armée républicaine qui se hissera au dessus de la mêlée et jouera le rôle d’arbitre en cas de nécessité. Ce n’est pas le cas et il ne le sera pas nous sommes convaincus sous Deby ; un parlement jouissant d’une marge de manœuvre qui le permet à jouer pleinement son rôle de législateur et surtout de contrôleur de l’action du gouvernement ; un gouvernement au service effectif du peuple et se soumet volontier au contrôle du parlement et une justice indépendante qui dit le droit et rend ses jugements sans aucune entrave. Ces conditions ne seront jamais réunies sous Deby.

 

M. Deby croit-il vraiment que les tchadiens sont dupes à ce point ? Est-il sûr qu’ils ont la mémoire si courte pour oublier la fameuse annonce au lendemain du 1er Décembre 1990 : « je ne vous apporte ni or ni argent mais je vous apporte la liberté ». Une liberté qui s’est transformée en galère que les tchadiens ont supporté pendant ces (20) dernières années. Il invite cette fois dans la place publique et en grande pompe, les tchadiens à oublier tout ce passé douloureux et de commencer avec lui une nouvelle ère.

 

A l’allure où évoluent les choses au Tchad, il n’est pas inexact de penser que Deby n’a aucun respect pour les tchadiens. Ils les prennent pour des moutons de panurge. En conséquence, il croit que le moment est venu pour franchir le rubicon et annoncer l’institution d’un empire au Tchad. Cette idée qui fut au départ un simple rêve, a pris corps avec la molle réaction des tchadiens face au tripatouillage et à la modification de la constitution issue du consensus de la conférence nationale souveraine. Si en 2005 il a réussi un passage en force sans réaction énergique des tchadiens ; il se dit alors que le chemin est balisé pour annoncer sans le moindre risque l’avènement de son empire. Les tchadiens se laisseront-ils faire en essuyant le pire affront de l’histoire de leur pays ?            

Pour mieux faire passer la pilule une deuxième annonce non moins spectaculaire a été faite. Elle vise à intimider l’élite tchadienne. Deby annonce en effet, que dans un laps de temps record le budget de fonctionnement de l’Etat, plus précisément la masse salariale des fonctionnaires est passé de 75 millions de CFA à 4 milliards. Cette annonce est destinée à présenter les fonctionnaires tchadiens comme étant la couche gâtée de la société. Par conséquent, toute réaction de leur part ou lamentation ne saurait être justifiées. Elles peuvent faire l’objet des mesures de répression sans ménagement. L’annonce en soit, constitue déjà une espèce d’intimidation adressée à l’endroit des fonctionnaires.

Le Tchad rappelons le est aujourd’hui, classé parmi les pays africains producteurs et exportateurs du pétrole. A-t-on fait un effort pour faire une comparaison avec les fonctionnaires des pays africains qui entrent dans cette catégorie ?

 

Les quatre (4) milliards qui servent de prétexte pour permettre à Deby de dire aux fonctionnaires tchadiens, tenez-vous tranquilles mon régime vous a gâtés, résistent-ils face aux dépenses somptueuses engendrées par ses fréquents séjours en France pour de contrôle médical ? Ou bien quel serait le poids de ces fameux 4 milliards face aux frais supportés par le budget de l’Etat en vue d’organiser des sommets dont le seul apport pour le Tchad un quelconque prestige à M. Deby. Par ailleurs il convient de rappeler que ces quatre (4) milliards sont destinés à payer plus de cinquante milles (50000) fonctionnaires civils et militaires.

 

Le tchadien doit faire amende honorable de sa conscience et songer non pas à la place qu’il doit occuper dans la société mais plutôt, aux legs qu’il compte faire hériter à la génération future.

 

Le Tchad de demain doit avoir un visage d’un pays réellement pacifié, humain, uni, fort, choyé et servi loyalement par ses fils. Un Tchad dont la justice et l’égalité de ses fils devant la loi seront des caractéristiques qui forceront l’admiration de tous.

 

Fait le 08/12/2010

Dr Ali Gaddaye