Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

digui.jpg

  Justice pour le défunt Bichara Digui, opérateur économique et homme politique tchadien,  victime du régime d'Idriss Deby

 

L’affaire Bichara Digui refait surface avec la révélation faite dans un article publié sur le site Tchadactuel qui situe la responsabilité des commanditaires, auteurs et exécuteurs de l’assassinat  crapuleux et  odieux en 1996 de cet opérateur économique et homme politique tchadien.

En effet, l’article  paru sur Tchadactuel, révèle de plus en plus à l’opinion publique nationale et internationale que dans la série  de  crimes répréhensibles  imputés au régime d’Idriss Deby, celui de Bichara Digui, retient l’attention de ceux et celles qui suivent cette affaire.

Cet article pose le débat sur la gestion de ce crime et sa résolution par des voies et moyens qui sortent du cadre légale  relevant des compétences des juridictions nationales et internationales.

 

L’auteur dit dans son article :  « Pour Bichara Digui, même si tous les regards sont tournés vers Deby, on n’a aucun indice sûr jusqu’ à ce jour où un élément nouveau vient d’intervenir. En effet, un des bras armés de Deby, exécuteurs des sales intentons de son chef, vient de se faire connaitre. Ses déclarations sont tout simplement ahurissantes. On apprend que le nombre des personnes que Deby a fait disparaitre en catimini est tout simplement impensable et comment certains individus d’apparence très calme et pieuse dans l’entourage de Deby, sont mêlés ou auteurs directs de ces assassinats. Par les détails qu’il donne, on est sûr que l’individu en question a effectivement joué le rôle sinistre d’exécuteur et source d’informations précieuses sur la nature de la personne de Deby. Pour le cas de Bichara Digui, l’individu en question refuse de donner des détails, veut d’abord et avant tout discuter avec la famille du défunt, voir jusqu’où peut-il aller avec elle. Ce qui est important, c’est qu’il confirme les Deby (Idriss et Daoussa) comme les commanditaires. L’individu nous apprend aussi que Daoussa a été un des rares du milieu à ne pas assister ni à la levée du corps, ni présenter les condoléances à la place mortuaire. »

Ce paragraphe suffit pour comprendre largement  la responsabilité engagée du régime tchadien dans l’assassinat de M.Digui.

 

Mais, ce qui intrigue les observateurs, c’est la démarche et l’approche avec lesquelles, le frère du défunt, traite cette question avec Idriss Deby.

 

Tout le monde sait que depuis l’année dernière, des informations et rumeurs insistantes répandues dans Ndjaména, dans la région et la communauté du défunt Digui, font état d’un deal immoral entre Idriss Deby et son frère. Ce dernier aurait reçu et perçu  du dirigeant tchadien des fonds, des biens matériels et d’ascension politique dans le but d’oublier le  contentieux qui oppose la famille Digui au camp présidentiel.

 

Si d’un côté, le frère du défunt Digui, a bénéficié de largesse d’Idriss Deby, d’autres membres de la famille biologique, n’approuvent pas la résolution de ce crime par un tel marchandage.

 

Si pour Idriss Deby, l’affaire Digui, est close par des voies de négociations avec le frère du défunt, d’autres en revanche, pensent  le contraire. Car, le crime de sang ne peut  trancher que devant les juridictions modernes, seules à mêmes d’être saisies par les parties  concernées.

 

Or, depuis un certain temps, une partie de la famille Digui, observe avec une attention soutenue de prés l’évolution de ce  dossier sans se prononcer. Ce silence veut dire pour les personnes initiées en la matière que l’affaire Digui peut tôt ou tard rebondir devant les tribunaux compétents nationaux ou internationaux. Nombreux sont ceux qui pensent  déjà qu’aucun  obstacle ne s’oppose à une partie de la famille Digui de saisir une juridiction internationale pour faire la lumière sur ce crime.

 

Dans ce cas, Idriss Deby  dont le nom est situé d’être derrière cet assassinat et le frère du défunt, reproché d’avoir trouvé une solution à l’amiable au différent, risqueront d’être interpellés et entendus par les juges en charge de traiter le contentieux.

 

Tant qu’aucune institution judiciaire n’ait été saisie dans l’assassinat de Bichara Digui, on considère que l’affaire est loin d’être dénouée.

 

La chute de Khadafi, après 42 ans de règne despotique marqué par  des violences politiques et des disparitions extrajudiciaires, suffit pour comprendre que rien n’est éternel et que l’impunité a des jours sombres devant elle. 

 

Idriss Deby encore moins les auteurs des actes criminels les plus abominables commis au Tchad sous son régime,  ne peuvent  donc déroger à cette nouvelle donne !

 

La rédaction du blog de makaila