Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

220px-Idriss Deby Itno IMG 3651Interpellation du président de la république sur la dérive du développement pastoral et production animale (ex ministère d’élevage)

Excellence monsieur le président de la république, votre quinquennat est accentué sur la renaissance du pays. Ce dernier temps vous avez fait du développement rural votre cheval de bataille avec la fameuse organisation de la conférence internationale et ça  raisonné inlassablement dans vos discours de ces derniers temps. L’élevage et l’agriculture sont le deux activités du monde rural. Les actions de l’Etat sur ces deux secteurs sont déterminantes et pilotées par les ministères en charge. Malheureusement, en ce qui concerne le ministère du développement pastoral et de  production animale  connu sous le nom du ministère de l’élevage, rien  ne marche dans le sens de la réussite et du progrès. 

En réalité  la réussite  vient d’une institution structurée, organisée et agencée répondant au besoin de la cause et le progrès vient d’un travail méticuleux, soigné et consacré au service de la patrie. 

Excellence monsieur le président, si vous voulez incontestablement traduire vos discours en acte, je vous pris de jeter un coup d’œil dans ce ministère. Vous ne serez jamais satisfait vu le patriotisme qui est entaché à vous à travers vos discours et actes en faveurs du monde rural. L’énergie, le dynamisme  et la détermination qui sont les vôtres. Paradoxalement, les gains faciles, l’achat des postes juteux, l’absentéisme, le double emploi et les genres sont pour ceux qui vous accompagnent dans ce département.

Jetons un regard sur le plan structurel car nous avons dit que la bonne structuration nous mène vers la réussite des nos projets nationaux. Actuellement, le département fonctionne avec l’ancien organigramme d’une part et d’autre part les postes vacants sont : 18 postes de direction centrale, 3 délégations régionales et 68 postes vétérinaires.

L’argumentaire avancé pour justifier ce manquement grave vis-à-vis de  l’Etat par ces hautes autorités est l’attente « de la sortie du nouvel organigramme en circuit ». Propos mensonger, entre temps, le système est volontairement entretenu mais depuis le 25 du mois passé, le nouvel organigramme est sorti aucun acte n’est encore officiel. A mon avis, le choix des personnes proches (parents et amis ou des personnes venues des sources influentes) pour « les postes juteux » et puis les autres s’il y a encore de la place. En réalité, les compétences comptent peu et les études pèsent moins dans ce milieu où le renversement de la pyramide est régulier. C'est-à-dire on rencontre de docteurs vétérinaire sous la responsabilité des contrôleurs d’élevage qui sont supposés être leurs étudiants ou des ingénieurs techniques sous la responsabilité des agents vétérinaires. Ce qui compte le plus c’est d’être dans l’une des trois « réseaux ou lobbyings» ou avoir l’appui d’une personne influente pour occuper un poste de responsabilité.

Par ailleurs, l’organigramme pour une institution c’est comme le diagramme de fabrication pour un produit car l’omission ou l’absence d’exécution de l’une des étapes du diagramme aura des conséquences néfastes sur le produit final. Cette vacuité  au niveau des directions, délégation ou des postes vétérinaire n’est pas synonyme d’absence de personnel au niveau du département mais elle est liée à une mauvaise gestion du personnel d’une part et d’autre à une défense d’intérêt (détournement du budget alloué à ces postes inoccupés). En outre, certains postes sont restés des chasses gardées pour certaines personnes même si leur inefficacité et leur improductivité sont avérées par tous. Ces derniers en pourvoyant les chefs hiérarchiques, demeurent les maitres  incontestés du lieu font partir qui ils veulent et font venir à qui leur désire semble meilleur. Tous ces cirques permettent d’escamoter leurs erreurs du travail et le détournement du denier public

De façon terre à terre, si le progrès est le fruit d’un travail bien fait, alors au niveau du ministère du DPPA n’il y a pas un travail bien fait. Donc, il n’y a pas de progrès. Autrement dit, si vous ne faite pas un regard sur ce que je vous raconte actuellement, votre effort à l’égard du développement rural surtout sur  le milieu pastoral  risque de devenir vain. Le ministre en charge du département est rongé par une maladie et qui se bat pour assurer son poste sans vouloir offusquer ou  léser quelqu’un. Les rares fois qu’il soit au bureau, passe son temps devant son ordinateur à jouer aux cartes ou à la réception des visiteurs. A ma connaissance, il s’agit d’une irresponsabilité notoire. Pour preuve, la vacuité des postes, les détournements du budget de fonctionnement, les refus d’acceptation du personnel affecter par son arrêté ou la diminution du  personnel sans son avis favorable par certains directeurs dans institutions qui sont des monnaies courantes depuis sa nomination. Avec  Un secrétaire général officier des manœuvres dilatoires, complice du détournement du budget des postes vacants, la situation actuelle lui est très favorable avec un chef quasi inexistant, celui qui assure tout sans aboutir à une solution digne d’amélioration ou d’avancée. L’absence régulière du ministre produisit  une foire d’empoigne où chaque responsable veut tirer profit avant la normalisation de la situation. C’est dans ce contexte que les chefs ou coordinateurs des projets attachés au ministère sont désignés sous les coulisses et se font entourer par leurs complices et parents.

N’ayant pas l’esprit court, ces gouapes de la république se présentent de façon quotidienne aux medias en présentant des travaux encours mitigés et falsifiés pour tromper votre vigilance et corrompre votre regard et par la suite  juste une poignée d’acte est tenue ou réalisée.

Excellence monsieur le président, si vous voulez vraiment traduire vos parole en acte, il serait idoine de prendre des mesures permettant de redresser le département  en charge de l’élevage. Comme vous le savez, l’Etat ne doit pas se laisser distraire par d’autres secteurs et laisser de coté ce secteur qui constitue l’une des mamelles de l’économie nationale. Il demeure pour vous et pour tous les tchadiens un secteur de développement primordial, alors l’Etat doit veiller à sauvegarder cette patrimoine. Excellence, vous avez confié ce gros lot du développement rural à des individus qui ne répondent pas à vos inspirations et à l’attente de la population. A moins que je me suis peut être trompé sur  vos inspirations. Si tel est le cas, je demande pardon à vous et à tous ceux qui se sentent concernés par mes propos. Dans le cas échéant, je vous exhorte de ne pas prendre mes paroles à la légère ou bien considérer mes paroles comme des balourdises ou des galéjades venant des internautes.  

 

 

 Aboutiman  Mahamat

aboutimanmht@yahoo.fr