Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

NGUEBMKAI

A la lecture du communiqué de presse de la Coordination des Partis Politiques pour la Défense de la Constitution (CPDC), relatif à l’accord du 13 août 2007, où elle exprime ses vives préoccupations devant un certain nombre de violations des règles du jeu démocratique et le non respect par la partie gouvernementale de ce que l’on peut se permettre d’appeler la « feuille de route » dudit accord, on est tenté d’affirmer  sans soupçon que l’impasse politique au Tchad, est réelle.

Ainsi , après vingt (20) ans de balbutiement et de tâtonnement pour l’instauration d’une démocratie au sens plein du terme, Idriss Deby et son parti qu’est le Mouvement Patriotique du Saut (MPS) ne sont parvenus à  fixer dans le pays les bases d’ un véritable  processus démocratique, auquel, le peuple tchadien dans son ensemble attendait d’eux, une fois, le pouvoir acquis par les armes le 1er décembre 1990.

Si  hier, Idriss Deby et ses compagnons d’armes de Bamina que sont : le défunt Maldom Bada Abbas, Ahmat Hassaballah Soubiane, Djibrine Dassert et Nadjita Beassoumal, et que sais-je encore, ont réussi à renverser, à l’époque, le régime de Hisseine Habré et ont gagné la sympathie des populations tchadiennes, c’est parce que l’environnement international leur a été  propice avec des exigences démocratiques souhaitées et exprimées ici et là, voire partout.

Aujourd’hui, les Tchadiennes et les Tchadiens ont cessé de croire aux vœux exprimés par Idriss Deby au lendemain de son avènement au pouvoir.

Il convient de rappeler à Idriss Deby que les mêmes griefs et les récriminations reprochés au pouvoir de Hisseine Habré et qui ont motivé sa décision d’aller en rébellion, ne sont pas totalement écartés sinon oblitérés dans la société tchadienne au regard des caractéristiques mentionnées et soulevées dans le communiqué de presse de la principale coordination des Partis politiques qui constituent ce que nous appelons  l’opposition politique au Tchad.

Il est clair et précis qu’au Tchad, les réflexes d’hommes politiques  tout comme  leurs agissements sur le terrain politique, évoquent, rappellent et justifient les dérives  liberticides, autoritaires  et totalitaires qui sont les séquelles indélébiles endurées par notre peuple durant les périodes des régimes d’exception confondus qui ont dirigé en main de fer le pays avec toutes les conséquences les plus irrémédiables.

Le régime MPS incarné par Idriss Deby, sonne la mobilisation pour  le retour et le rétablissement de ces pratiques barbares, surannées, dépassées et révolues.

L’appropriation des moyens de l’Etat et la monopolisation des médias publics au profit d’un seul homme et de son parti au pouvoir, dénotent avec évidence l’iniquité et l’inégalité des chances entre les différents acteurs politiques en compétition dans une ère qui se veut « démocratique ».

La Coordination des Partis Politiques pour la Défense de la Constitution  (CPDC), doit sortir une fois pour toute de son strabisme pour apprécier à sa juste valeur le contexte politique actuel complément défavorable pour la tenue des élections présidentielles libres, transparentes, justes et équitables telles que sollicitées par les Tchadiens et la communauté internationale.

Elle (CPDC) doit  résilier  tout contrat politique avec le régime d’Idriss Deby, mettre devant leurs responsabilités individuelles et collectives, tous les partenaires étrangers et toutes les parties engagées  dans ce processus de paix du 13 août 2007, afin que chaque segment prenne la mesure et la gravité de la situation actuelle qui  menace dangereusement  le climat social, politique et économique du Tchad.

La société civile tchadienne et les médias indépendants qui militent sur place dans un environnement politique suffisamment pollué par Idriss Deby et son parti, doivent prendre leurs courages en main pour  jouer leurs partitions définitives afin de créer les conditions d’un déclin politique qui mène vers  un véritable envol démocratique au Tchad. Seul, un tel élan  de mobilisation républicaine, peut trouver des répondants et un écho retentissant au plan international.

 

Makaila Nguebla