Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

    Exiger le départ de ce militaire mal élu du pouvoir au Tchad

AFP_080215idriss-deby-itno_n.jpg

 

Excédés par les promesses répétées, fallacieuses,  généralement non honorées et à l’allure puérile du régime prévaricateur et prédateur d’Idriss Deby, les responsables de l’Union des Syndicats du Tchad (UST) et la Confédération Libre des Travailleurs du Tchad (CLTT), ont lancé simultanément depuis samedi dernier, deux préavis de grèves pour  mobiliser leurs bases  respectives afin d’interrompre sur l’ensemble du territoire national leurs activités professionnelles.

Devant ces menaces réelles de grève générale qui se pointent à l’horizon, le pouvoir d’Idriss Deby, à peine issu d’une élection douteuse et contestée par tous les segments de la société tchadienne, a pris la mesure de la gravité de la situation en  désamorçant cette bombe des travailleurs tchadiens prêts à en découdre.

 

Idriss Deby, étant seul responsable et facteur bloquant de la crise socioprofessionnelle persistante et de l’immobilisme contre tout progrès du Tchad, vient  de signer un décret dans la journée du mardi pour répondre sans délai aux revendications salariales des masses sociales agitées.

Les autorités tchadiennes ont nettement compris que la pression de la rue,  est de nos jours, le seul moyen capable de les dégommer du pouvoir et qu les artilleries lourdes dont ils disposent ne peuvent désormais plus servir comme moyens d’intimidations et de répression politiques.

Face donc à la détermination d’un peuple tchadien qui rêve d’un changement politique et institutionnel et surtout  de voir partir un homme qui le dirige sans interruption depuis bientôt 21 ans, Idriss Deby s’est vu alerter et directement concerné.

Mais l’interrogation demeure, car, avec Idriss Deby, signer un article n’a aucune valeur, c’est l’application immédiate qui pose problème.

Souvenez-vous que lors de la grève générale du Syndicat des Enseignants du Tchad(SET), de 2009, Idriss Deby avait même reçu en audience dans son palas,  les principaux responsables syndicaux  pour leur faire  signer un pacte qu’il n’a pas respecté. Depuis, donc  deux ans après, aucune amélioration sociale  n’a été constatée.  Et, les enseignants tchadiens continuent à tirer toujours le diable par la queue, dans un pays où tout fluctue sans mesures d’accompagnements sociaux-économiques.

Les responsables des organisations syndicales du Tchad, habituées aux promesses du régime de Ndjaména, ne doivent pas pavoiser et crier victoire de sitôt. Mais plutôt, ils doivent continuer à maintenir la pression sur le régime à un rythme soutenu pour obliger Idriss Deby à faire des larges concessions jusqu’à l’abandon de son pouvoir. Car, dorénavant, il est  possible au Tchad de fléchir ce pouvoir décadent et aux abois.

 

 

Makaila Nguebla