Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

COORDINATION DES PARTIS POLITIQUES POUR LA DEFENSE DE LA CONSTITUTION

                                                (CPDC)

 

                        MOT A L’OCCASION DES OBSEQUES

              DU GENERAL WADAL ABDELKADER KAMOUGUE

              (présenté par Salibou GARBA le 15 mai 2011 à Moïssala)

 

Chers Parents et Amis,

 

En l’absence de Saleh KEBZABO parti pour une mission impérative à l’étranger, il m’échoit de prendre la parole en cette triste occasion au nom de la Coordination des Partis politiques pour la Défense de la Constitution (CPDC).

Cela ne m’est pas aisé du fait des relations particulières qui me liaient à Vidal. Mais pourrais-je me soustraire à ce devoir, celui de dire combien le Général a joué un rôle déterminant au combat que nous avons mené au sein de cette coalition ?

Vidal était de toutes les consultations et concertations, quand, aux lendemains des élections de 2001-2002, nous avons perçu une dangereuse dérive de notre démocratie.

Il était parmi les tout premiers à appuyer l’idée de rassembler autour des thèmes fédérateurs, tous ceux qui pensaient qu’il fallait conjuguer nos efforts afin de préserver la paix  dans notre pays à travers l’approfondissement d’un processus politique démocratique, excluant la violence.

Il a  ainsi été un des principaux artisans du « Mémorandum en vue de l’amélioration de l’organisation des élections au Tchad » du 27 septembre 2003. Il va sans dire que sa signature au bas de ce document a grandement contribué à crédibiliser la démarche.

Ce n’est pas fortuit si nous avons choisi sa résidence pour abriter nos réunions. Il nous fallait l’ombre d’un grand arbre. Nous avions trouvé en Vidal ce grand arbre protecteur.   

C’est donc à son domicile que le Groupe des 25 et les membres de la CAD ont mené les discussions qui ont abouti à la création de la Coordination des Partis politiques pour la Défense de la Constitution (CPDC), le 05 mai 2004. De fait, son domicile était le siège de la CPDC.

En tant que Rapporteur de la CPDC, j’avais avec lui des contacts quasi quotidiens, partageant analyses, opinions et définitions de perspectives. Nous esquissions ainsi tous les scénarios possibles de l’évolution de la situation nationale, pour mieux cadrer nos actions.

 

C’est au cours de ces contacts qu’ont été ébauchés les thèmes du dialogue qui a abouti à la conclusion de l’Accord politique du 13 août 2007. Tout naturellement le Général a été membre du Comité de Suivi et d’Appui de cet Accord, militant avec la fougue qu’on lui connaissait, pour donner à cet organe un statut fixant ses prérogatives et lui donnant un cadre légal de fonctionnement.

La mise en place d’un gouvernement d’ouverture à la suite des tragiques évènements du 03 février 2008, ne détourna pas en réalité Kamougué de la CPDC. Je me rappelle certains de ses propos :

-      « Salibou, il faut qu’on entre dans ce gouvernement ; tu dois aussi y être, et si ça ne marche pas, on claque la porte ».

 

-      « Salibou, il faut préserver le cadre de la CPDC, nous en avons besoin même si nous participons au gouvernement ; c’est un cadre de travail et de lutte indispensable auquel nous allons constamment nous référer ».

 

-      « Moi, je vais me préparer pour prendre part à la prochaine élection présidentielle ; et après, en cas d’échec je prendrai ma retraite politique ».

C’est sans surprise pour moi ces dernières semaines, lors de la préparation de la présidentielle, qu’il était présent à pratiquement toutes nos Plénières.

On a particulièrement noté lors de la dernière de ces Plénières, son soutien déterminé à la nécessité de faire le bilan de la CPDC après les élections en cours, afin de la restructurer et d’ajuster son orientation et ses actions.

Mais voilà qu’il nous quitte alors que ce colossal travail nous attend. Sa vision et son style vont sérieusement nous manquer.

Nous formulons le vœu et l’espoir que l’URD que nous venons d’entendre saura trouver l’énergie et l’inspiration nécessaires pour contribuer au renforcement de la cohésion en notre sein et donner plus de pugnacité à nos actions communes, tant à l’Assemblée nationale qu’en dehors de celle-ci.

 

Chers parents et amis,

Nous perdons en Vidal un être cher, très cher. Au nom des partis politiques membres de la CPDC, j’adresse à tous mes profondes condoléances. Face à cette grande affliction, à cette immense douleur, nous nous en remettons au Très Haut pour qu’il donne à chacune et à chacun, à chaque membre de sa famille, à chacun de ses enfants, assez de force et de courage pour surmonter cette pénible épreuve.

Vidal, tu nous quittes alors que nous avons encore besoin de toi ; nous ne reverrons plus jamais ta lourde silhouette ; nous n’entendrons plus tes rodomontades, certes souvent abruptes mais bienfaisantes, tant est-il qu’elles nous sortent toujours de l’impasse ou de l’enlisement.

         Vidal ! Nous ne t’oublierons jamais. Repose en paix