Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Heurs et Lueurs !

 

A quoi ressemblera le Tchad de demain ? Voilà certainement une question que nous avons tous le devoir de nous poser. On peut augurer, compte tenu des particularités de la situation actuelle de ce pays, comprenant une paix relative, des richesses accrues par l'exploitation de ressources non traditionnelles telles que le pétrole, d'un avenir radieux. Vaine vaticination ! Le problème fondamental, dans ce grand pays peu peuplé, est celui de l'utilisation des ressources humaines. Rien, sur ce plan, n'a changé. On trouve à tous les niveaux des personnages plastronnant dont le seul mérite est de porter l'idoine scarification ou l'accent de l'heure ! Des tchadiens compétents, tapis dans l'ombre, sont invités à ravaler leur colère. Nous retrouvons, dans nos minables institutions hospitalières et académiques, des histrions indignes d'arborer les charges à eux décernés.

 

Par expérience, nous connaissons dans le milieu universitaire tchadien, auquel nous appartenons, des acteurs dégoisant si maladroitement à propos de diplômes acquis dans de grandes universités francophones, la plupart du temps dans une langue si pauvre et avec une telle ineptie, qu'au doute suivant leurs déclarations, supplée le mépris. Le vrai problème du développement tchadien est là. L'homme, centre de tout, est repoussé à la marge. La compétence, négligée, est diluée dans   le  clinquant de somptueuses actions évanescentes. Sans de vrais médecins, sans de vrais enseignants et de vrais avocats, pensez-vous que les réalisations ressassées des quinquennats passés et adaptées aux quinquennats futurs contribueront à nous rendre plus heureux ? Non. De ce sophisme naîtra certainement une souris, mais une souris aux dents acérées, qui sèmera sur son passage la désolation. Aussi mobilisons-nous afin que l'avenir, dans la mesure du possible, puisse davantage ressembler à nos espérances plutôt qu'aux désespérances qui inondent notre commune existence.

 

Dr Soussa