Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

gadaye2-1-.jpgDr. Ali Gaddaye


                       Le régime de Deby continue à travestir le pays


La sensibilisation des citoyens en âge de voter à se faire recenser pour les futures échéances électorales a été transformée par les partisans de Deby et leurs alliés en un plébiscite en faveur de ce dernier.


Ce pays ne connaîtra jamais sous ce régime l’instauration d’un système démocratique à même d’assurer une alternance politique pacifique.


Les privilèges du clan dont la réalité du pouvoir est entre les mains sont devenus la raison d’être de l’Etat Tchadien. C’est la ligne rouge à ne pas franchir. L’intimidation, la violence la terreur voire la liquidation physique sont les méthodes opposables à toute forme de transgression. L’élimination des hommes politique crédibles et des jeunes cadres avertis entre dans cette logique (maître Bedy, professeur Ibn Oumar Mohammad Saleh et le jeune aviateur Kharachi Adam Manani sont des exemples vivants).


Tous les moyens (violents ou pacifiques) sont permis pour préserver cette situation.

Le bureau blanc de Haïga Deby petite sœur du Président de la République illustre cette affirmation. En effet le rôle joué par ce bureau est plus que débordant. Il a réussi à transformer le parti politique au pouvoir le Mouvement Patriotique du Salut (MPS) en un simple instrument de support de cette véritable machine de propagande. Des moyens financiers colossaux délapidés des caisses de l’Etat et des cadres du MPS dont les ailes en propagande est avéré sont fortement utilisés.

 

Le bureau blanc est la partie visible de l’iceberg. Le système a mis en place toute une panoplie de dispositifs qui permettent de contrôler dans le détail tout ce qui de prêt ou de loin à trait au pouvoir.

Face à ce danger qui gangrène la vie politique au Tchad et qui sclérose la société tchadienne, une mobilisation générale s’impose.

En effet, accepter la fatalité ne sera jamais la solution du problème Tchadien. Car la fatalité suppose qu’on baisse les bras et qu’on attende que le président Deby se réveille un beau matin et dans un élan patriotique décide que le Tchad doit appartenir à tous les tchadiens.


Plus jamais de clanisme, de sectarisme, de népotisme bref le mot d’ordre sera désormais la justice rien que la justice. Une page nouvelle s’ouvrira pour le Tchad qui du coup et grâce au bon vouloir « de son président bien aimé » devienne un havre de paix dans lequel la justice, l’égalité des chances des citoyens, leur égalité devant la loi ainsi que toutes les formes de liberté seront une réalité et entreront dans le vécu quotidien des tchadiens.

 

Quel est le tchadien qui, aujourd’hui ne serait-ce que sous forme de rêve croit a une telle éventualité ?


L’adage populaire tchadien ne dit-il pas que l’abandon de l’habitude équivaut à renoncer à son bonheur ?
Deby ne renoncera jamais à son bonheur.


C’est pourquoi les tchadiens sont appelés à mettre un terme à cette situation qui n’a que trop duré en opposant toute sorte de résistance pour sauver leur pays d’une dérive qui a largement entamé les chances de son émergence et créer par conséquent les conditions d’assurer un avenir radieux à nos enfants.


Fait le 09/06/2010

Dr. Ali Gaddaye Adoukhour