Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

image dimensions.php

 

L’information a été révélée au public par Abdelkerim  Koundougoumi Yacoub, membre du Conseil National pour le Changement et al  Démocratie ) sur son compte Twetter et facebook, avant d’être, reprise par les sites Letchandanthropus et Tchadactuel, proches de l’opposition tchadienne en exil.

Aujourd’hui, nous avons la certitude que M. Djibrine Assali est bel et bien libre de ses mouvements.

Pour rappel , après avoir consacré toute sa vie en tant que Secrétaire Général de l’Union des Syndicats du Tchad (UST), M.Djibrine Assali,  avait démissionné de son poste en juillet 2008 pour trouver refuge au Cameroun puis rejoindre le Soudan où il avait constaté l’impossibilité de la lutte syndicale de venir à bout du régime d’Idriss Deby par des moyens pacifiques.

Le 21 août 2011, les services des renseignements soudanais ont retiré le passeport du leader syndical tchadien, l’empêchant de rejoindre le Qatar où étaient exilés plusieurs responsables politico-militaires tchadiens.

Sur la base des informations en provenance du Tchad, les autorités soudanaises avaient informé Assali, que le régime d’Idriss Deby, aurait envoyé des personnes suspectes dans le but de l’éliminer physiquement. Elles optent pour assurer sa sécurité en le gardant au secret dans un appartement où il n’avait accès à aucun contact avec sa famille et ses amis, mais nourri et entretenu. Toutefois, il était tombé gravement malade.

L’inquiétude autour de sa disparition, a conduit à la mise en place d’un comité de soutien animé par des défenseurs des droits de l’homme et des responsables syndicaux sénégalais qui ont exigé du Gouvernement soudanais sa libération immédiate et demandé à l’Etat sénégalais de lui accorder l’asile.

Parallèlement, en France, le Syndicat CGT, avait saisi  le ministre des affaires étrangère français, Laurent Fabius, pour intercéder auprès du Gouvernement soudanais en vue de solliciter sa libération au nom des principes qui animent la volonté des autorités françaises.

D’après  nos sources, M.Assali a été libéré depuis le 16 mai 2013, puis expulsé vers un pays d’Afrique de l’Ouest où il vit de nouveau dans une clandestinité pour éviter d’attirer la curiosité des autorités tchadiennes qui pourraient éventuellement exercer des nouvelles pressions sur son pays d’accueil pour demander son extradition vers Ndjamena où sa vie risquerait d’être en danger.

Il convient de rappeler que le  départ de M.Assali à la tête de l’UST, a affaibli considérablement l’organisation syndicale tchadienne en termes de capacité mobilisation face aux négociations avec le pouvoir  en place.

Sa mise en liberté est une source de motivation pour les travailleurs tchadiens et les membres de l’opposition tchadienne en exil qui tentent s’unir pour faire face au régime.

De son exil, il lance un appel à son réseau d’amis dans le monde.

La rédaction du blog de makaila