Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

156577 381708058538267 189667824408959 1057381 1612122469 n

 

Bonjour, Mak !

 
Deux faits, tous deux survenus au cours des rencontres publiques, retiennent mon attention. Et je voudrais bien les partager avec nos bloggeurs.
 
Le premier concerne l’ouverture d’une réunion organisée par le ministère de la santé publique. Alors que tout le monde attendait le ministre en personne pour cette cérémonie, c’est plutôt le secrétaire d’Etat qui est arrivé à la surprise générale. En le voyant venir, l’un des organisateurs a quitté en s’écriant : « Ce n’est pas possible ! Déby n’aime pas ce pays. » Après, plus rien n’a étonné les autres : le discours du SE a déçu le public, les Tchadiens en particulier.
 
Présent, j’ai vu beaucoup de participants baisser la tête, imbus de honte face à cette lecture périlleuse du discours de notre cher secrétaire d’état à la santé. Je suis d’accord que c’est bien Déby qui l’a nommé à cet important poste de responsabilité. Mais, est-ce le PR qui l’a désigné pour venir prononcer un discours devant un parterre composé d’expatriés ? Pourquoi le ministre n’est-il pas venu en personne à cette rencontre pour éviter la déception due à ce discours laconique par le ton avec lequel il a été lu ? Pourquoi ne prépare-t-on pas d’avance le SE de la santé chaque fois qu’il doit intervenir publiquement ? Il peut par exemple venir réciter son discours et s'en aller après. Pourquoi lui-même ne veut-il pas faire d’effort pour être à la hauteur des défis ? Son entourage ne lui fait-il pas de reproche dans le sens de l’amener à améliorer sa lecture ? Il paraît qu’il est pourtant un francophone ! Qu'il sache que tout le mondel suit. A la télé comme à la radio.
 
Le second fait s’est déroulé au CEFOD, au cours d’une importante rencontre en rapport avec le monde rural. C’était pendant le déjeuner. Un participant arrive et préfère plutôt le poisson. Les gens qui servent le repas lui disent que le poisson est fini. Notre cher participant se fâche et se met à marmonner des paroles entre ses dents (injures?). Une de ses connaissances qui le suivait s’approche et lui dit qu’il peut se faire servir le poulet. Cela n’a pas été du goût de notre participant sur les nerfs puisqu’il a répliqué : « Je ne sais pas qui a égorgé ces poulets qui ont servi à préparer ce repas. Donc je ne peux pas en manger. »
 
Attentif, avec cette réaction, j’ai compris que ce monsieur qui ne veut pas manger le poulet est musulman,comme celui qui lui conseille d'en consommer. Pendant que j regardais ce mahométan assez particulier, un autre participant a aussitôt réagi : « Mon frère, quand c’est ainsi, il est conseillé d’en manger sans chercher à connaître qui l’a égorgé, non ? »
 
Notre pieux n'a pas répondu. Il est parti vers la salle où se tenait la rencontre très mécontent de tous. Il a donc refusé de manger le poulet parce qu’il ne sait pas qui l’a égorgé. Pourtant, sous mes yeux, bien d’autres musulmans se sont fait servir le poulet qu’ils ont mangé avec appétit. Je ne sais plus qui a raison dans cette condition. Chers bloggeurs, éclairez-moi là dessus.