Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

COMMUNIQUE 001/COCRAT/2011

 

COCRAT.jpg

 

Au lendemain de la proclamation de l’indépendance du Tchad, le 11 Aout 1960, notre patrie n’a jamais réussi à s’élever au rang d’un Etat moderne, aux valeurs républicaines. En effet, deux années seulement après la proclamation de l’indépendance, Feu NGARTA TOMBALBAYE François, premier président du Tchad indépendant, lors du congrès de Doyaba, a procédé à la dissolution de tous les partis politiques, hormis le PPT-RDA qui fut conservé comme parti Etat. Cette situation de parti unique a très vite conduit, le 16 septembre 1963, à la première révolte populaire. Laquelle révolte fut sévèrement réprimée et très vite récupérée par les opposants à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Trois années après, le pays connut le premier mouvement d’insurrection armée dirigé par Feu BRAHIM ABACHA. Après la mort de ce dernier, les Tchadiens,    loin d’œuvrer pour consolider l’unité nationale, la paix et le développement, ont plutôt plongé le pays dans un cycle infernal d’instabilité.

Vient ensuite Hissein Habré, pseudo patriote qui, sous sa dictature, a décimé des centaines de milliers de Tchadiens et en a contraint de centaines de milliers à l’exil, oubliant que la première richesse d’une nation est son capital humain.

Au comble de malheur, pour notre chère nation, IDRISS DEBY ITNO parvient au pouvoir. Ses acolytes et lui-même ont très vite inculqué aux nombreux Tchadiens la notion de « lamani chounou, da hanna hakouma ». Ainsi disparaitra à jamais du cogito des Tchadiens la notion de patriotisme. De ce fait, ils plongent le pays dans la médiocrité, la  gabegie, le clientélisme, le clanisme, les crimes politiques et économiques ainsi que l’incivisme érigé en règle sociale. A cela s’ajoute la confiscation du pouvoir par DEBY et son clan qui pensent qu’eux-seuls doivent présider à la destinée de la nation confondant la gouvernance à la chefferie traditionnelle.

Eu égard à tout ceci, seul le changement radical peut sortir notre nation du chaos. Aussi a-t-il été mis sur pied le Collectif pour le Changement Radical au Tchad (COCRAT). Il s’agit d’un cadre de réflexion qui a pour mission de diagnostiquer ce cancer métastasique et d’y apporter une cure de choc. Il n’est pas figé et peut prendre la forme que nous aimerions lui donner. Il est ouvert seulement aux Tchadiens qui ne se sont pas salis d’une manière ou d’une autre. Nous appelons tous les Tchadiens propres donc pas comptables de ce désordre organisé et tous les amis du Tchad à nous rejoindre et nous aider à déraciner, y compris par la force comme nous l’autorise notre constitution dans son préambule, ce système honni par le peuple.

Tchadiennes et Tchadiens, la patrie est en danger. Il est plus que temps de nous mettre à l’ouvrage. Nous avons conquis notre terre, il nous reste notre droit et notre liberté naitra de notre courage.      

 

JUSTICE, PAIX ET DIGNITE POUR LE PEUPLE 

 

 

Fait à Ouagadougou le 11 juillet  2011