Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

gadaye2-1-.jpg

Dr Ali Gadaye

Nous respectons nos morts


C’est avec tristesse que nous venons d’apprendre le décès de la mère du frère Idriss Deby. Nous implorons le tout puissant afin qu’il l’accueille dans son vaste paradis et console les cœurs meurtris des siens.

Nous sommes à Dieu et nous lui revenons انا لله وانا اليه راجعون  .

La mort est une étape qui marque la fin de vie de chacun de nous. Elle est inéluctable. Elle n’épargne personne. C’est pourquoi, elle doit toujours inspirer crainte et méditation.

Crainte car, la personne une fois dans son dernier demeure, est abandonnée à elle-même. Il n’y aura ni père, ni mère, ni frère, ni sœur, ni ami ou collègue qui apportera soutien en cas de nécessite. Le seul soutien disponible reste le bilan de son action entreprise au cours de sa vie. La première raison d’être de l’homme sur terre, c’est d’adorer Dieu. Cette mission qui lui a été confiée par le Seigneur ne se limite pas seulement à s’acquitter de cinq piliers de l’Islam mais elle couvre également d’observer le permis et l’interdit. Rappelons ici que le respect de l’interdit constitue le défi majeur pour chaque homme détenant une responsabilité. Dans ce cadre, il convient de souligner que la dignité de l’homme a été mise en exergue par le Seigneur. Celle-ci se traduit d’une part par le droit dont chaque individu dispose pour se loger, se vêtir, manger, s’éduquer et se soigner et d’autre part lui :

 

·        Garantir les libertés fondamentales ;

·        Assurer une stricte égalité devant la loi ainsi qu’une égalité de chance ;

·        Assurer la justice sociale ;

·        Assurer la sécurité et la quiétude ;

·        Assurer le respect de droit de l’homme dans une acception large.

 

Cette responsabilité commence au niveau de la cellule de base à savoir la famille. Le père de famille est appelé à garantir aux siens les conditions d’une vie descente (logement, nourriture, habillement, éducation et santé) pour remonter enfin au sommet de l’Etat et s’accrocher au cou du premier magistrat du pays qui doit prendre comme modèle le khalife Oumar et faire de cette maxime sienne : tu as gouverné dans la justice, tu t’es sécurisé donc tu peux dormir. حكمت فعدلت، فأمنت فنمت 

Ce constat fait par l’émissaire de l’empereur perse au khalife Oumar constitue une source d’inspiration aux dirigeants africains qui oublient souvent la mort. Alors que celle-ci continue à les guetter. Elle est embusquée quelque part. Elle peut surgir à tout moment.

La mort des proches en particulier, ceux qui vous sont chers, est un rappel par le Seigneur qui tient à nous dire que notre tour n’est pas loin. Qu’a-t-on fait, qu’a-t-on réaliser pour affronter cette échéance ?

La repentance à la veille de la fin de sa vie tout comme la persistance dans l’oubli de la mission confiée par le Seigneur est un vecteur qui conduit fatalement son auteur au châtiment divin. Que Dieu nous en épargne.

 

Fait le 14 février 2011

 

 

Dr. Ali Gaddaye