Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

aht-yacoub.jpg

NON A L’ARABISATION DU TCHAD ! OUI AU RESPECT DE NOS CULTURES LOCALES

 

Malgré une cohabitation racio-culturelle illusoire entre le Sud et Nord du Tchad, le Président Idriss Deby Itno vient de sortir du tiroir du FROLINAT d’autres revendications chauvines que nous avons cru enterrer avec le mouvement dont les séquelles restent encore vivaces dans la mémoire des tchadiens qui l’ont connu. On est face à l’intégration du Tchad à la Nation Arabe. Il n’y a plus de doute.  Nous devons tous être des Arabisés aux services des Arabes qui avancent vers nous et a qui le pouvoir d’Idriss Deby Itno a déjà préparé le lit. Ahmat Youcoub, le conseillé chargé de mission avait déjà préparé le chemin de notre Arabisation en publiant en 2004 un livre dans lequel le Tchad était présenté comme un pays de l’Afrique du Nord.

 

La provocation vient d’atteindre un point de non retour sous la barbe de beaucoup des cadres du Sud qui s’obstinent à cautionner la politique néfaste et sans partage d’Idriss Deby Itno.

 

En effet, c’est a partir de la ville de Sarh, fief par excellence des chrétiens Sudistes qu’Idriss Deby, devenu un valet du Monde Arabe avait dit sans gène que:« L’enseignement de l’arabe doit être systématique dans tous nos établissements scolaires pour les intégrations à la fonction publique. Les cadres arabophones doivent être traités comme leurs collègues francophones et doivent accéder à toutes les fonctions administratives ». Le FROLINAT venait de gagner une bataille qu’il avait perdue.

Des hommes en Noir avec des pantalons sautés, commencèrent des constructions des mosquées et centres de formation un peu partout à l’intérieur du Sud. Leur programme n’était pas l’Islamisation du Sud. Ils avaient pour mission de l’Arabiser. Leur prêche du Vendredi est bien destiné à la conquête du Sud avec un plan d’aliénation de la jeunesse affaiblie par la faim, recrutées dans des grandes familles détentrices des pouvoirs traditionnels pour la destruction des cultures locales de leurs parents.

Une telle attitude aurait interpellée un régime conscient et protecteur de son peuple mais pour Idriss Deby, le Tchad doit renouer avec ses traditions Arabes. Beaucoup de « Zagkawa Soudano-Tchadienne », en crise d’identité culturelle depuis leur arrivée au Tchad dans les Toyota du MPS et qui étaient psychologiquement réceptives a toute théorie qui pouvait être trouvée dans les pages du FROLINAT y trouvent leur compte de s’intégrer à un monde qui avait toujours confondu collaboration a la domination.

Dans les pages du FROLINAT, on y trouve bien en bonne place que pour arriver à l’Arabisation du Sud du Tchad, le Nord devrait comprendre qu’il ne suffisait pas de contrôler le pouvoir politique pour s’assurer une domination définitive de sa communauté, mais qu’il lui fallait aussi le commerce, l’administration financière, l’éducation et l’armée.

On est parti du commerce de bouteilles vides et de la viande qui furent leurs métiers d’antan pour aboutir au commerce de charbons, du cola, des poissons, des bois, des briques, des voitures d’occasion, des outils de construction, du riz, du mil et de la gomme arabique. Les plus courageux, eux tentent l’ENA aussi bien que la Sante’, les nouvelles technologies pour vite accéder aux postes juteux.

Une main basse se ferait voir aussi sur la gestion des sociétés parapubliques et les régies financières. Il fallait faire tout rapidement et former aussi vite un personnel Arabisant avant d’emmener le Darfour à réclamer son Autonomie ou sa sécession avant le Sud Soudan.

Les Itno viennent ainsi d’entrainer tout le Nord dans un commerce diabolique dont les vrais raisons se trouvent au Darfour qu’ils lorgnent pour s’établir si on les chassait un jour du Tchad.

Si vous êtes du Sud du Tchad, du Salamat, du Guerra, et du Centre, vous n’avez plus besoin qu’on vous donne le bilan handicapant de la discrimination de notre communauté. Il suffit que ces « Zagkawa soudano-tchadien » organisent un embargo commercial en plus de l’embargo politique existant pour que nous mourrons tous.

Les activités commerciales que nous trouvons anodines sont devenues une arme politique et économique redoutable entre les mains des Itno et leurs frères « Zagkawa Soudano-Tchadiens ».

La technique c’est de maintenir le reste du Tchad et surtout le Sud appauvris, démunis et dépendant de leur unique communauté pour les rendre moins alléchant pour les esprits irrédentistes.

Quand aux Hadjarais, il fallait toujours leur faire recours quand les intérêts du Nord sont en danger puis les rejeter comme des torchons. Malheureusement ceux-ci comme beaucoup de Sudistes avant eux, ne rangeront pas leur queue là où il faillait et laisserons des neveux encore plus furieux que les oncles partout dans cette communauté.

Nous trouverons beaucoup d’entre eux en quête d’identité culturelle portant des glaives pour faire disparaitre leur géniteur.

Comment comprendre le rétablissement d’une amitié subite entre Idriss Deby Itno et El Béchir ? Pourquoi choisir le Qatar pour faire la paix ? Ne sont ils pas là des conspirations contre un peuple qui peut choisir l’Islam à son gré mais qui refuse qu’on lui impose une langue qui n’est sienne ?

L’Arabisation si, vous l’acceptez, serait un puissant moyen de sélection et d’élimination massive de tout le Tchad.

Certes ce document requiert l’attention des décideurs et autres pouvoirs publics aux fins de réparations éventuelles. Mais il s’offre surtout à la réflexion prioritaire de ceux qui sont moralement honnêtes, responsables et aptes à comprendre l’enjeu que constitue le Sud et le Guerra dans le jeu démocratique qui serait en permanence faussé, si ce grand vivier électoral était laissé définitivement entre les mains de groupes d’intérêts mafieux et de ceux dont la conscience a pu résister à l’anesthésie d’Idriss Deby par rapport à la fierté nationale et au respect de la personne humaine.

Nous demandons à ceux qui sont capables de lucidité politique de trouver ici matière à conforter leur noble combat pour la liberté et le progrès pour tous.

Nous rassurons tout le monde et affirmons de façon péremptoire que celui qui a souffert de l’arbitraire n’a plus peur de l’arbitraire.

 

Pour le Mouvement pour l’Autonomie et la Renaissance du Sud (MARS)

Le Capitaine Miskine Nangatoum Saleh, porte-parole

 

Mars Mars" mars.communication@yahoo.com