Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

img 606X341 libya-refugee-camp-chad-050411

Tchad
Accueil précaire pour Les Tchadiens rentrés de Libye qui affluent à Faya

 Faya-Largeau (Tchad) - Assis en petits groupes sur une dune de Faya-Largeau, dans le nord du Tchad, dans une chaleur écrasante, plus de 2.000 Tchadiens ayant fui le conflit en Libye, tentent de se protéger du soleil sous des abris de fortune, couvertures et matelas.


"Nous n'avons rien reçu comme aide de la part des autorités depuis cinq jours que nous sommes là, nous n'avons pas de quoi manger, nous avons faim", affirme Moussa Adji, 66 ans, qui était vendeur ambulant à Tripoli.


Chaque jour, une dizaine de camions transportant des Tchadiens qui vivaient en Libye, hier considérée comme un eldorado avec son pétrole, arrivent dans cette ville de 38.000 habitants, à 1.000 km de la capitale N'Djamena et à plus de 400 km des montagnes arides de la frontière libyenne, estime l'Organisation internationale pour les migrations (OIM, agence intergouvernementale).


"J'ai mis sept jours sur la route avant d'arriver à Faya", raconte Hamdan Yaya, qui était vendeur de légumes à Benghazi depuis sept ans. "Soudain nous sommes devenus indésirables, dès le déclenchement de la crise. La population libyenne commençait à nous menacer de mort et il fallait partir pour sauver sa peau. Je suis parti en laissant tout derrière moi, même mes économies faites depuis quelques années", ajoute-t-il.


Le 3 avril, le gouvernement tchadien avait dénoncé des "exactions" contre la communauté tchadienne. D'après N'Djamena qui entretenait de bonnes relations avec le régime de Mouammar Kadhafi, la communauté est accusée, notamment en zone contrôlée par la rébellion, de fournir des mercenaires au gouvernement libyen.


"Nous avons fui la guerre pensant être à l'abri chez nous, mais nous nous considérons comme des étrangers puisque personne ne s'occupe de nous", se lamente Hadjé Kadidja, mère de trois enfants. "Je suis obligée de vendre mes bijoux pour nourrir les enfants, en attendant de retrouver ma famille", dit-elle.

 

 Source : Angop