Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

  Version imprimable
24-08-2010

0deby_200209.jpg

La devise du président Idriss Deby Itno est la suivante: changer les hommes pour déjouer les complots. Une recette qui dure.

 

Au palais de N’Djamena, le président Idriss Déby Itno, d’ethnie Zaghawa, proche des Toubous, ne fait plus, depuis un certain temps, confiance à ses influents neveux jumeaux, Erdimi et Timan, très connectés à Tripoli et à Khartoum. Urbi et orbi, devenus les ennemis jurés du pouvoir actuel, ils ont promis de renverser le régime de Idriss Déby pour non-respect des accords de Tripoli

Après avoir fait le grand ménage au sein de la haute hiérarchie militaire, il a confié les leviers stratégiques du commandement au général Mahamat Saleh, pilier du système. Il est assisté des deux demi-frères du président, Nassour et Adam Déby – dont leur allégeance est établie auprès du chef – qui traquent les complots sordides qui pourraient attenter à la vie du président. Ce dernier, en bon officier, sur ses gardes depuis les nombreuses tentatives de putsch avortées, sait bien que son pouvoir peut à tout moment tomber entre les mains de ces dissidents rebelles, installés à l’est du pays. Lui-même, ayant été à la tête des services secrets de l’Etat sous le régime Habré, gère et veille depuis la présidence sur les services de renseignements du pays. Incontestablement, les réorganisations successives intervenues dans le commandement, aussi bien des forces armées que les services de renseignements, lui ont permis de consolider son pouvoir jusque-là. La devise du président Déby Itno est la suivante : « Changer les hommes pour déjouer les complots. »

 

La devise du président Déby Itno est la suivante : « changer les hommes pour déjouer les complots. »

 

Aujourd’hui, le chef de l’Etat s’appuie sur deux grandes personnalités du régime : Adoum Younousmi, puissant ministre d’Etat et pilier de la sécurité politique du président, et Tabé Eugène, promu nouvellement ministre d’état, chargé du Pétrole. On les présente, depuis le dernier réaménagement gouvernemental de mars 2010, qui n’était, selon plusieurs observateurs, qu’un signal d’artifice, comme les éminences grises du pouvoir de Idriss Déby Itno. Ces deux personnages emblématiques, réputés loyaux et fidèles serviteurs du clan politique et militaire Zaghawa, ont leurs entrées au palais de N’Djamena. L’arrivée de Tabé Eugène, aux commandes du Ministère du pétrole en remplacement d’un des caciques du régime de Déby Itno, Mahamat Hassan Nassr, est un signal fort dans la redistribution des cartes politiques du système. Ils bénéficient d’une proximité et d’une influence au palais qu’aucun des anciens proches collaborateurs n’avait connu, dit-on.

 

Le chef de l’Etat tchadien, qui les a mis à l’épreuve ces dernières années, tient entre ses mains deux piliers de son pouvoir. Adoum et Tabé Eugène bénéficient d’une légitimité politique dans leurs fiefs respectifs. Dans certains milieux bien informés, à N’Djamena, on estime que le départ du baron Nassr Hassane Mahamat serait lié à l’affaire de la multinationale Exxon, pour laquelle il aurait commis des bourdes que le président Déby n’aurait pas appréciées. Selon des indiscrétions, l’homme fort de N’Djamena a placé sa confiance en Tabé Eugéne pour piloter le projet du pipe-line de Doba. Tandis que Adoum, homme d’honneur, pas tenté par les sirènes du pouvoir, est sous l’aile protectrice du chef de l’Etat, qui a fait de lui un de ses confidents les plus loyaux du palais.

 

Source: Les Afriques