Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Médias au Tchad- Reporters Sans Frontière (RSF) est préoccupé par le risque élévé qui pése sur les journaux tchadiens indépendants menacés de fermeture. L'Organisation a appellé la HAMA à renoncer à ces sanctions qui ne se justifient pas // La candidature à la présidentielle 2021 du Maréchal Idriss Deby contestée dans un mémorandum signé par plusieurs partis d'opposition au Tchad qui appellent ce dernier à renoncer à se présenter //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

mouton.jpgnadingar.jpg

Le 15 Novembre dernier, juste une journée avant la fête d'Al Adha communément appelé le tabaski, le premier ministre Emmanuel Nadigar etait allé constater de vue sue les flambées des prix sur le marché.  Il était surpris de voir des prix exorbitants des moutons, allant de 50 000 cfa a 100 000 cfa alors que le Tchad est un pays d'élevages et approvisionne ses voisins en viande.  Alors il a décidé de fixer les prix d'un mouton ne passant pas les 20 000 cfa mais les commerçants ont catégoriquement refusé de se conformer et l'ont répondu simplement que le premier ministre; soit il n'a acheté un mouton depuis longtemps (10 a 15 ans) ou soit il a confondu les moutons avec les cabris. Même en brousse il est impossible de trouver un mouton a 20 000 cfa. Jusqu'à le jour de la fête, les prix étaient restés inchangés.

 
Les citoyens s'interrogent, entre le premier ministre et les commercants, qui a justement raison et peuvent-ils trouver un compris.  
 
Par le tchadien lamda