Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

NGUEBMKAISelon nos sources du côté de Khartoum, un Général du nom de Guirchafi, responsable des services de la sécurité soudanaise, serait derrière l’expulsion hier, dés l’aéroport du Dr Abakar Tollimi, un membre influent de l’Union des Forces de la Résistance (UFR) dirigée par M.Timan Erdimi.

 

Cette autorité soudanaise en charge du dossier de la rébellion tchadienne, aurait en même temps signifié la semaine dernière, aux principaux leaders des mouvements d’opposition armée, de se préparer à quitter le territoire soudanais.

 

Nos relais sur place, nous signalent également que les formalités du départ de certains chefs rebelles sont encore d’exécution.

 

Toutefois, d’après nos correspondants deux cas de figures se dessinent :

 

-De un, les autorités soudanaises souhaiteraient bien débarrasser la rébellion tchadienne de ses multiples contradictions de leadership politique et que cela ne veut pas dire que c’est la fin de la lutte armée contre le pouvoir du Général Idriss Deby. Car, il y aura des réformes profondes à entreprendre et les relations tumultueuses Tchad/Soudan vont repartir de plus belle ;

 

- De deux, d’aucuns disent que les autorités soudanaises sont cette fois décidées et apparaissent sérieuses de mettre un terme au différend qui les oppose au régime Deby par groupes rebelles interposés.

 

Dans tout les cas, tous les pronostics actuels  des uns et des autres ne résistent pas à l’évolution graduelle de la situation sur le terrain, vue les rapprochements politiques, diplomatiques entre les deux régimes et  au regard des expulsions de part et d’autre des responsables politico-militaires des groupes armés se trouvant chez l’un ou l’autre des Etats en conflit.

 

A cela s’ajoute aussi, la décision prise, hier, depuis la France où il se trouve de  M.Abdelwahid Elnour,Chef rebelle  du Mouvement de la Libération du Soudan (MLS), groupe armé du Darfour, opposé au pouvoir central de Khartoum, de rejoindre les négociations de Doha.

 

Si du côté du Soudan, on remarque un certain engouement de la communauté internationale, à aider les acteurs politiques de ce pays, à trouver des solutions à leurs conflits par des moyens de règlement politique, on est cependant triste de voir que le cas tchadien aussi gravissime n’émeuve nullement l’opinion publique universelle et mondiale.

 

A qui la faute ?

 

Aux Tchadiens d’abord de se mobiliser enfin !

 

Makaila Nguebla