Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Mahamat Hamza, tu as parfaitement raison, il n’y a que le Président Idriss Deby Itno alias IDI qui puisse décanter la situation au ministère de l’Enseignement Supérieur. Mais à quoi sert donc un Premier Ministre, un Ministre si le Président doit lui-même aller régler un simple problème dans un département ministériel. Il le faut, je crois. Tu sais qu’il l’a déjà fait une fois quand les enseignants de l’Université de N’Djamena étaient divisés sur la question de l’introduction de la langue arabe à l’Université. C’était nous qui étions allés le lui dire, bien entendu par le biais de ses conseillers, que le torchon brûlait entre les enseignants, que les enseignants étaient divisés entre nordistes et sudistes.

Alors sur le champ, il s’était rendu au Rectorat, il a fait irruption dans la salle de réunion où se tenait le CEVU, c’est le fameux Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire. Personne ne s’y attendait. Tu sais que nous avions nos représentants dans cet organe. Nous avions tout vu et tout entendu. Le Président avait donné une leçon de civisme à nos enseignants. Pendant deux heures, il les a harangués. Personne n’a dit un mot. C’était à la fin de l’année 1995. 15 ans après, le même scénario risque de se répéter. Tu as entendu non, leur AG houleuse ? Nos enseignants n’ont apparemment pas appris leur leçon de civisme, puisque ce sont les mêmes qui pullulent maintenant au ministère, dans les universités et les instituts universitaires du Tchad.

Donc, tant que le Président de la République n’entre pas dans la danse, bien sûr pas pour danser lui-même, mais pour orchestrer et faire danser les autres, il va le regretter amèrement et cette fois-ci ce sera lui qui va danser, pas le kidi gourane mais une danse plus compliquée. Alors qu’il éteigne le feu pendant qu’il est encore possible. En quoi faisant ? En nommant, bien sûr, « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut ». En appliquant les textes qu’il a signés lui-même. Et ceci va du ministre aux responsables des institutions. On ne veut plus de responsables aigris, c’est-à-dire qui savent pertinemment qu’ils occupent des postes qu’ils ne méritent pas mais qui restent quand même indignement « j’y suis, j’y reste ».

On nous fait rabattre les oreilles en disant que le poste de ministre est un poste politique, le Président peut nommer même un analphabète ! Justement pour qu’il soit malléable. Même Ahmat Taboye qui a penné pour avoir son DEA a été manipulé par le réseau, combien de fois un analphabète ! Soyons sérieux quand même, pas à l’Enseignement Supérieur ! On comprend maintenant pourquoi le Dr. Oumar Al-Farouk disait qu’il était tenté de nommer un Licencié comme DG ou Recteur à l’enseignement supérieur!

Ahmat Taboye le nullard a fini par faire ce que Al-Farouk souhaitait ardemment puisqu’il a nommé dans une institution de l’Enseignement Supérieur quelqu’un qui a été « gradé » Docteur par « Témoignage de satisfaction ». C’est quelle Université, ce témoignage de satisfaction qui délivre des doctorats faciles comme ça? Voyez Quelle aberration ! quelle facilité ! Quelle nullité ! Comment voulez-vous que les choses marchent dans ce Département ? On ne se respecte plus. Et c’est le réseau, toujours le réseau qui amène au ministre ses amis et ses frères pour les placer..

Tu sais que le mec est court mais il n’est pas à court d’idées. Pendant son lamentable règne, il a fait passer deux décrets les plus indignes : un sur le quota et un autre sur la suppression du droit de vote des enseignants. Le décret sur le quota ne fait passer que les nuls. Prenons deux régions x et y. Si l’on veut compléter le nombre de places fixés, on prendra le candidat de la région x qui totalise 1,5/20 que celui de la région y qui a 13/20. S’agissant du décret sur la suppression des élections, il dit que ce sont les responsables que lui il aime que les gens élisent. Alors ce n’est pas la peine d’élire, il va seulement nommer. On est entrain de préparer la République des nuls, n’est-ce pas ? Mais n’existe-t-elle pas déjà ?

Tu as parlé de la bourse, mais rien n’a changé depuis notre temps, ni le montant, ni la manière de la payer, toujours après un âpre bras de fer avec les flics. Comme tu le dis ça ne devrait pas être un problème comme c’est budgétisé. C’est sciemment entretenu pour qu’il y ait des troubles à l’Université. Personne ne s’occupe de l’avenir des jeunes. Comme ils sont tous occupés à garnir leurs comptes bancaires, quel temps auront-ils pour penser à la jeunesse. C’est à la jeunesse d’arracher son droit.

Comme tu vois, depuis le départ du Pr Avouksouma, c’est le règne de la médiocrité au Ministère et partant dans toutes les institutions relevant de sa tutelle. Doit-on continuer ainsi ? Je dis non. Alors je joins ma voix à la tienne pour lancer un SOS à Son Excellence le Président Idriss Deby pour qu’il mette de l’ordre dans l’Enseignement Supérieur. Mais je t’annonce que prochainement je ferai une autopsie de tous les responsables du ministère, des universités et des instituts du Tchad. En quelque sorte qui est qui et qui a fait quoi.

MAHAMAT BERNARD