Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Boko-Haram-attttttttttttack1.JPG

A plusieurs reprises, nous avons alerté l’opinion nationale, sous-régionale et internationale sur les risques réels d’embrasement de cet ensemble dans la violence.

Cette fois-ci, ça y est ! Idriss Deby a réussi à convaincre ses paires de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT), de la nécessité de réactiver la fameuse force mixte pour non seulement sécuriser leurs frontières mais surtout de lutter contre la secte islamique BOKO HARAM.

Cette affaire de Boko Haram est une affaire nigéro-nigériane dont les causes profondes  ne sont pas élucidées. Cette secte a toujours agi à l’intérieur du territoire nigérian et s’est refusé de traverser leurs frontières.

Ainsi, avec la sortie malveillante du dirigeant tchadien, et des conclusions du sommet de la CBLT tenue à Ndjaména, tout porte à croire que l’internationalisation de Boko Haram est effective. Ceci au risque de donner raison à la secte d’étendre ses actions dévastatrices dans cet ensemble.

Que le Tchad, le Cameroun, la RCA  et le Niger se préparent à toutes les éventualités auxquelles leurs dirigeants viennent de provoquer.

N’y a-t-il pas nécessité de lutter contre les pirates ainsi que les rebelles du Delta du Niger qui causent autant de tort au peuple nigérian et à l’économie sous-régionale ?

Pour quels intérêts Idriss Deby vise-t-il à provoquer la nébuleuse Boko Haram ?

A-t-il plus des moyens que le géant Nigéria pour venir à bout de cette nébuleuse ?

Si le Nigéria n’a pas pu neutraliser Boko Haram, ce ne sont pas les armées au petit pied de la RCA, du Tchad, du Cameroun et  du Niger qui pourront venir à bout de cette nébuleuse.

Nous craignons donc que les nids dormants de  nombreux sympathisants de Boko Haram, éparpillés dans la sous-région ne se réveillent et mènent des actions similaires à celles qui ensanglantent jour et nuit le Nigéria.

Il est à rappeler que dans tout cet ensemble, nous avons les mêmes communautés ethniques à la base de la fondation de Boko Haram.

Des sympathisants issus d’autres communautés également, existent comme ceux notés au Tchad dans la région de Kouno (Moyen Chari) en 2009.

Pour Idriss Deby, tout se règle par la force, la violence et les moyens militaires. Dommage pour la sous-région, qui va payer les frais de la folie de ce va-en-guerre tchadien !

 

Abdelmadjid Tidjani Issa

Tchadien en exil en Europe