Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

soutenance-20Zara-20059-copie-1.JPG
Probable grève des enseignants à la rentrée prochaine!
  
Par Vourboubé Pierre
  
Bonjour, Mak!
 
Allons-nous vers une rupture des accords entre le gouvernement et le SET, Syndicat des Enseignants du Tchad ? Entre les deux, il existe un accord qui impose une trêve durant cinq bonnes années. Du souffle inespéré pour Idriss Déby Itno qui a maille à partir avec les siens et Hollande. Du souffle, à condition qu'il respecte tous les points de leur accord. Dès le 1er janvier 2012, les enseignants devraient donc percevoir les primes de logement et de déplacement, soit 45 000 milles francs en plus sur leur salaire. Depuis la date d’entrer en vigueur de ce point, le 1er janvier 2012 donc, c’est le flou total. Malgré tout, dans la tête des enseignants, les calculs se font et se défont autour de cette promesse. C'est  grâce à l’UST et sa fameuse nouvelle grille salariale que les enseignants ont perçu de différence sur leur salaire. C’est tout. Rien en plus. En mai dernier, les dirigeants de l'UST auraient été reçus par le PR qui, à cette occasion, aurait donné, comme de coutume, des instructions verbales pour l’effectivité des primes de logement et de déplacement de nos enseignants. Selon des sources de bonne foi, le ministre des finances, comme d’habitude, est passé outre. Autrement dit, à ses technicens, il n’a donné aucune instruction favorable à l’application de cet accord. Motif, l’absence d’une instruction écrite. Nous sommes tentés de lui donner raison : l’administration est écrite. Et les enseignants continuent d'attendre. Ne vont-ils pas grogner pour se faire entendre ? Attendons la prochaine rentrée scolaire pour être situés. Car, pendant les vacances, leur grève est comme un coup d’épée dans l’eau. D’ici la reprise des cours, Idriss Déby Itno a la chance de redresser la barre.
 
Qui le pouvoir n’a-t-il pas trompé en signant un accord pour ensuite tourner le dos ? Pourquoi le régime adore-t-il les duels avec ses partenaires sociaux ? Pourquoi tant de mauvaise foi de la part d’Idriss Déby Itno ? Chaque fois, il s’engage et au moment décisif, il recule, obligeant ses partenaires à la grève ! Idriss Déby Itno sait-il qu’il allonge ainsi la liste des accords trahis sous son régime ? Se croit-il toujours plus malin que tous ? Pourquoi roule-t-il tout le monde dans la farine ? Par ces méthodes, nous en sommes sûrs, il allie tous ces partenaires contre son pouvoir.
 
En ce qui concerne la grève de l’UST, au ministère de la santé publique, les responsables se sont rendu compte des dégâts. Hier, l’un d’eux a fait le tour des hôpitaux. Le secrétaire général adjoint, puisque c’est de lui qu’il s’agit, aura-t-il le courage de relater tout ce qu’il a vu à ses supérieurs hiérarchiques ? Oui, Mak, le spectacle désole. Les patients, les stagiaires, tout le monde se plaint. Les malades s’interrogent sur leurs sorts. Ils ne sont pas tous nantis pour s’offrir le luxe de nos cliniques privées. Beaucoup en appelle au Chef de l’État pour abroger leurs souffrances. Le locataire du Palais rose les entendra-t-il ? Pas si sûr car il leur aurait évité tout cela en appliquant, dès janvier 2012, et à la lettre, l’accord signé avec l’UST.
 
Faisons le coq-à-âne en parlant de l’insécurité dans N’Djaména. Neuf auteurs d’actes regrettables à travers la capitale ont été appréhendés et présentés à la presse avant-hier, à la direction nationale de la police nationale. Là, disons bravo à l’équipe de Bâchir pour ce coup d’éclat. Le chef des gangs s’appelle Ali Brahim, alias Ali Fraudeur. Comme si la fraude ne suffisait pas, il braquait les motards dans les rues de N’Djaména en utilisant une automobile de marque Toyota ! Il ramassait les motos comme de l’herbe dans la brousse. Dans sa troupe, il y a un récidiviste particulier : libéré de Koro Toro voilà deux semaines, il n’a pas tardé à reprendre du service. Comme il a un contrat avec la prison, voilà il y repart. Au cours de cette cérémonie, Bâchir est apparu fatigué, la voix éraillée. Tout laisse croire qu'il était effectivement en malade. Il a encore fait usage de ses injures grotesques et distribué ses sales coups de gueule « voyous », « racailles », « marmaille ». Il a dit qu’il ira, dans les jours à venir, en guerre contre les détenteurs des couteaux à double tranchant. Si tu en possède un, Mak, tu peux déjà les ranger sous tes effets ou le remettre à madame pour son usage à la cuisine.
 
Enfin Mak, profitons de quelques lignes pour répercuter l’appel des autorités municipales de Bébédja : une grosse pluie (de 9 heures à 14 heures) a fait d’énormes dégâts dans cette ville. Plus de cent maisons se sont écroulées. Je ne sais pas s’il y eu des morts. Des centaines de gens sont donc sans logement. Sur FM Liberté, le maire adjoint de cette ville a lancé un appel au gouvernement et aux bonnes volontés pour venir en aide à ces sinistrés. Je rappelle que Bébédja est l’une des deux villes gérées par l’opposition sur les 42 concernées par les dernières municipalités.