Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 diallo2.jpg

Devoir de vigilance ou partage du gâteau !

De tous temps et en tous lieux, notre esprit critique nous a permis d’hisser l’intélectuel sénégalais à un niveau plus que respectable.

Les élections sénégalaises de 2012 ont vu s’aligner sur un même podium, d’éminents professeurs d’universités, des icônes de la politiques depuis les indépendances, des chanteurs, des rappeurs, des charetiers et des roturiers mus par un seul slogan-programme« qu’il parte, qu’il parte », Il pour Wade.

Autour de ce slogan, des libéraux de l’extrême droite aux marxistes de l’extrême gauche, tous unis par un seul et même désir, le départ de l’homme qui a fait leur grandeur et leur décadance.

Tous ces hommes qui crient aujourd’hui contre Wade, doivent leur richesse et leur renommée à cet homme.

Même Tanor. N’est-il pas devenu le leader du parti socialiste parce que Wade a envoyé Diouf à Ardo ? Ardo étant le médecin des arênes de lutte !

Que Dire de Niasse, Batchily, Dansokho ? Proprement enfouis dans la farine par le génie politique de Wade, aujourd’hui qualifié de machiavélique !

Idy, Macky, Gadio, Aminata sont partis piocher dans l’électorat de Wade.

La sanction du peuple ce 26 février a placé les libéraux en tête avec 70.77% pour 7 formations dont Macky, devant les socialistes 26.43% pour 4 formations et loin devant la société civile qui totalise dans un silence assoudissant, 2.80% avec 4 formations.

Après la chute de la poussière du galop des premiers, arrivent tous ceux qui ont fait leur campagne entre l’obélisque et la place de l’indépendance : les rappeurs, Idy, Fall et Dieye.

Blâme parfait pour la majorité des citoyens 48.42% qui quelle que soit leur raison, n’ont pas pu participer à ces votes que tout le monde s’accorde à qualifier de paisibles, transparents et fiables.

Tous les perdants de mauvaise foi, s’agglutinent derrière Macky pour lui dire « nous te porterons notre insignifiant et minable score  au second tour».

Ce véritable « soupe kandji » n’augure rien de bon pour le peuple sénégalais.

Si d’aventure, Macky gagne, les récompenses devront suivre :

-         Mbaye Ndiaye, Aliouna Badara Cissé, Moustapha Cissé lô, Mahmout Saley, Abdourahmane Ndiaye, Seydou Gueye et au moins 10 autres responsables du BP de l’APR, ministres !

-         Au moins 10 leaders de partis souteneurs, ministres !

-         Niasse, 10 ministres !

 

 

-         Tanor donc, 10 ministres !

-         Idy qui ne demande rien mais qui refusera d’être ministre, visera le poste que visent Niasse et Tanor, mais qui doit revenir à Aminata Tall, Aminata Mbengue ou Helene Tine, sans parler d’Amsatou, de Penda ou de toute femme compétente, la vice-présidence de la République du Sénégal !

-         Les riches commerçants de la diapora aux longues dents devront être recompensés sinon remboursés : 2 ministères !

-         Les rappeurs et le chanteur « qui travaillent pour rien » vont se rendre compte que tout travail mérite salaire et passeront à la caisse !

-         Le demande sociale pressante et exigeante, se présentera tous les jours et aucun répit ne sera donné à Macky. Il est jeune et fort et c’est l’alternance générationnelle, tout et tout de suite sinon, les pneux brûlés vont joncher la rue et puis, n’est ce pas la « rue-publique » qui l’aura conduit à la « ré-publique ».

-         Les promesses malencontreusement faites pendant la campagne assailleront notre bonhomme !

-         Tous ceux qui n’auront pas de recompenses, dérouleront leur langue et prendront leur plume : le venin des attaques et l’encre des plumes finiront par noyer notre Macky !

-         En conclusion, à tout ce groupe, on peut dire que l’erreur est humaine, la persistance dans l’erreur, une idiotie et sa persévérance en elle, une folie :

o   Wade ne doit pas se présenter sinon nous mettrons le Sénégal à feu et à sang : il s’est présenté dans le calme !

o   Wade ne gagnera pas et le fichier électoral est corrompu et attention, nous pouvons mettre le pays à feu et à sang : Wade a gagné avec un fichier tout de même acceptable.

o   Tout sauf Wade et nous ganerons les élections sinon… vous connaissez la chanson. Et si Wade gagne le second tour ? en leur for et conscience, ils savent tous que la victoire de Wade les arrange tous plus que celle de Sall.

o   Pendant 10 ans, ils ont plongé Mackt dans un fût de goudron bouillant et aujourd’hui, en quête de strapontin, ils en sortent une colombe toute blanche. Mettons nous donc tous d’accord pour nous dire que le passage du crocodile sur la berge n’en fera jamais une colombe, il ne restera toujours que ce qu’en a fait Dame Nature, un vil crocodile !

 

 

 

-         Depuis quelque jour, nous voyons la transhumance se developper sans qu’aucun sénégalais ne s’en offusque. Ceux qui, il y a à peine une semaine, ciraient les pieds de Wade, sont aujourd’hui courbés devant Macky.ceux qui étaient partis se courber aux pieds de Niasse d’Idy ou de Tanor, se retrouvent à genoux aux pieds de la chaise de Macky. Toute cette alliance de vautours finira par éclater car rien de durable ne peut se construire sur le mensonge !

 

Sommes nous bien « barrés » de l’autre côté ?

-         Si le peuple pardonne beaucoup de choses « au vieux », il ne supporte plus son entourage. Cet entoure a trompé Wade et le peuple pendant 10 ans. Tout le monde s’accorde à dire que cet entourage est nul et incompétent, ce qui est absolument faux. L’entourage de Wade est plus fort que Wade et est plus fort que tout le monde. Il est un réseau puissant, sans cœur et sans conscience. Il refléchit froidement et n’agit que dans son intéret et sa survie. Il a la compétence qu’il faut et met en place les stratégies qu’il faut pour toujours rester, quelque soit le pouvoir, l’entourage du pouvoir. Depuis Senghor, c’est ce même entourage qui déploie ses tentacules sur toute la république et qui ne fait que se muer en fonction du pouvoir en place, mais c’est toujours le même pouvoir, l’entourage du président. Il est omnipuissant et empêche tout le monde de rencontrer le Président Wade. Il est la cause de tous les échecs de Wade.

-         L’ombre de Karim qui surnage sur toutes les actions présidentielles conforte la république dans son soupson de dévolution monarchique du pouvoir.

-         Les enrichissements de type monarchie bananière et les recents scandales financiers ne sont pas pour réduire ces soupsons qui ne rencontrent que très rarement des infirmations.

-         Le président devrait lire ces discours corrigés par des spécialistes de la communication et des sociologues et non en faire des monologues avec tous les inconvenients qui en découlent dont la principalle, devenue une arme contre lui est le « WAX WAXETT ».

-         Le Président aurait du se débarasser d’Ousmane Ngom de l’intérieur, de  Cheikh Gueye des élections, de Doudou Ndir de la CENA, surtout d’Amadou Niang du Commerce, de Bécaye Diop à cause de Kolda, d’Habib Sy et de Sérigne Mbacké Ndiaye qui sont un véritable barrage entre le président et son peuple, de Kalidou Diallo de l’Education qui nous conduit en droite nuit vers une année blanche et de Modou Diagne Fada qui est plus fossoyeur que ministre de la Santé, deux mois avant les élections. Ces gens sont de très grosses épines aux pieds du président. Le peuple n’en veut plus et ce sont des armes redoutables entre les mains de l’opposition. Le nombre incroyable d’erreurs cumulées de ce parfait ensemble d’incompétents est un handicap que ne peut surmonter le président, quels que soient ses efforts par ailleurs. Le mal est extrêmement profond !

 

-         Entre ces deux entités, aurait du s’intercaller une société civile forte et ancrée dans la défense d’idées mobilisatrices du peuple pour son épanouissement. Au lieu de cela, nous assistons à l’émergence d’une société civile partisane, opportuniste et asservie au pouvoir !elle s’est lancée à la conquête du suffrage populaire et a été remise à sa place. Sans aucune honte, elle se range derrière les candidats de partis politiques ayant appareils et moyens, sous de piteux et fallacieux prétextes. Découverte par les ONG du nord, démasquée par la population, elle doit plutôt nous renseigner sur les enormes sommes qu’elle a reçues depuis nos indépendances, pour sortir nos populations du sous développement, en s’enrichissant elles-mêmes.

-         La presse, ce pouvoir de quatrième zone, se sent désormais malade de sa posture de faiseuse de roi. Désormais, elle voudrait comme Iznogood, être calife à la place du calife !

-         L’Haïtien Michel Martély a sans conteste donné des visions présidentialistes à nos rappeurs et à notre chanteur national à qui nous pourrons bientôt dire : «  you, you can do it ».

 

Le Sénégal tombe de son piedestale et ne peut plus s’aggriper sur ses intelectuels qui ont perdu leur devoir de vigilance. Ils ont trahi leur raison d’être et ont vendu leur âme au désir du luxe.