Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

PHOTO-AICHA1.JPG

                                                                                     Dakar, le 7 février 2012

THIAM Aicha

61N cité des Enseignants

DAKAR GUEDIAWAYE

77 467 61 45  //  30 107 80 87

A l’attention de Monsieur

Doudou WADE

Assemblée Nationale

DAKAR SENEGAL

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Vendredi 3 février 2012 vers 18h, monsieur NDIAYE  m’a appelé au téléphone pour me dire que je devrais passer à l’Assemblée Nationale récupérer une lettre de vous datée du 17 décembre 2011.

 

Je suis passée le lundi 6 février récupérer le courrier. Il m’a recommandé de vous appeler pour vous demander audience car vous aviez l’intention de vous occuper de moi.

 

J’ai essayé de vous joindre à maintes reprises au téléphone, mais aucun des numéros qui figurent dans votre courrier ne fonctionne.

 

Monsieur le Président, dans votre lettre  vous me dites que vous avez ressenti une peine incommensurable pour ma situation pathétique (situation plutôt éhontée pour les auteurs).

 

Si vous êtes sincèrement peiné, c’est tout à votre honneur. Je peux m’en féliciter.

 

Néanmoins vous comprendrez que les paroles et les promesses, j’en suis confrontée depuis 7 ans.

Aujourd’hui  ce sont des actes et des faits que j’attends des autorités de mon pays.

 

Vous êtes de l’assemblée nationale, mon bourreau vous le savez parfaitement, c’est le gouvernement actuel.

 

Quelque soit le problème vous pouvez intervenir auprès du Président de la République pour qu’on me laisse enfin de compte tranquille.

 

7 années de ma vie qu’ils on bousillé, c’est trop ! L’impunité n’est jamais éternel, tôt au tard on paye ses dettes.

Si vous êtes sincère, vous savez parfaitement où me trouver. Si vous voulez me voir il suffisait de réactualiser votre lettre, de me fixer une audience et vous savez que je ne manquerais pour rien au monde un rendez vous de cette importance.

 

J’espère de tout cœur que votre lettre n’est pas une formalité administrative pour vous donner bonne conscience, ou pour me faire rêver de  je ne sais quel monde meilleur.

Aujourd’hui, je suis rentrée dans la cinquantaine, je n’ai plus besoin de rêver, j’ai besoin d’aide, de soutien et surtout d’ACTES et de FAITS REELS.

 

Merci de votre compréhension.

 

Le 19 décembre 2012 : le lundi 6 février, quand je suis allée voir Monsieur N’DIAYE pour déposer ce courrier, il me dit qu’il était désolé, car ils ont eu un dérangement téléphonique. Néanmoins Mr WADE m’appellera rapidement. A ce jour je n’ai eu aucun appel et pire, mes bourreaux ne m’ont plus laissé une seule minute de sommeil depuis lors.