Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

FORCES-DE-L-ORDRE-SENEGAL.jpg

COMITE DE COORDINATION DES FORCES VIVES DE LA NATION

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

HALTE A LA REPRESSION SAUVAGE ET INJUSTIFIEE 

 

Ce jeudi 23 juin 2011, sur l’ensemble du territoire national du Sénégal, et en particulier à Dakar, sur la place Soweto, devant les grilles de l’Assemblée Nationale, les populations sont sorties en masse, pour exprimer leur opposition ferme et résolue à la loi examinée.

Le Comité de Coordination des Forces Vives de la Nation adresse ses plus vives félicitations et ses sincères remerciements à tous les citoyens qui ont répondu à son appel. La reculade imposée à Abdoulaye Wade est la preuve vivante de la puissance et de l’efficacité de   l’action démocratique de masse.

Le Comité de Coordination des Forces Vives de la Nation, réuni autour du slogan « Touche pas à ma Constitution », réprouve et condamne avec la dernière énergie la répression inqualifiable à laquelle les forces de l’ordre et les nervis du PDS, se sont livrées sur de paisibles manifestants, sur des citoyens venus exercer un droit que leur confère la Constitution du Sénégal.

Des nervis, au vu et au su des forces de l’ordre, armés jusqu’aux dents et ivres de haine ont agressé sauvagement nombre de personnes et fait de nombreux blessés. Parmi lesquels :

·         Des personnalités de la société civile dont le Président de la RADDHO Alioune Tine et Oumar Diallo, le chargé de l’alerte d’urgence, Serigne Mansour Sy Djamil ;

·         Des personnalités politiques notamment Serigne Mbaye Thiam, Birame Faye, Seydou Sy Sall, Salif Mendy et Abdoulaye Diop.

Déjà le 22, à l’issue de l’AG des membres du Mouvement « Y’en a marre » : Thiat, Malal Talla et bien d’autres ont été victimes de la furie des forces de police.

Il est à signaler que des membres du Mouvement « Y en a marre », de paisibles manifestants dans plusieurs régions ont été arbitrairement arrêtés et ne sont jusque là pas remis en liberté.

Le Comité de coordination des Forces Vives de la Nation :

·         exprime sa profonde indignation face aux dérives constatées et aux agressions sauvages dont ont fait l’objet des citoyens;

·         exprime son soutien militant à tous ces citoyens victimes innocentes de l’arbitraire.

·         prend à témoin la communauté nationale et internationale pour que les responsables de cette barbarie soient traduits en justice;

·         en appelle à toutes les organisations de droits humains, les démocrates d’Afrique et du monde pour qu’ils se mobilisent afin d’amener les autorités sénégalaises, à assumer leurs responsabilités pour un retour de la paix et de la stabilité;

·         exige la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes arrêtées et la prise en charge de tous les blessés ;

·         encourage les citoyens à poursuivre la lutte pour que la candidature illégale de Me Abdoulaye Wade ainsi que toute modification constitutionnelle, législative ou réglementaire remettant en cause les règles du jeu à 8 mois de l’élection présidentielle soient irrecevables.

 

Le Comité de Coordination des Forces Vives de la Nation tient le Président Wade et son gouvernement pour responsable de toutes dérives et de tous actes qui feraient des victimes au sein des citoyens qui manifestent leur opposition totale à toute atteinte à la démocratie et aux principes et valeurs qui fondent notre république.  

 

Fait à Dakar, le 23 juin 2011

 

Le Comité de Coordination des Forces Vives de la Nation