Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

MBODJI

Aboubacry Mbodji,

Membre fondateur de la RADDHO,

Membre du M23

 

Le Sénégal est une République laïque, démocratique et sociale. Ces trois attributs lui confèrent le statut d’être un Etat moderne, qui fonctionne selon le jeu loyal et équilibré entre une majorité qui gouverne et une minorité qui s’oppose de manière démocratique. Cependant, un Etat n’est véritablement crédible que dans la mesure où il est doté d’un système judiciaire qui inspire confiance aux justiciables, d’institutions légales qui garantissent le respect des droits et des libertés fondamentales, des règles et procédures de consultation transparentes et démocratiques qui fonctionnent à la satisfaction générale de ses citoyens.

 

C’est une telle idée qui inspire à révéler les graves manquements constatés depuis l’alternance intervenue le 19 mars 2000 au Sénégal dans le fonctionnement de l’Etat de droit, à savoir la séparation, l’indépendance et l’équilibre des pouvoirs (exécutif, législatif, judiciaire) conçus et exercés à travers des procédures transparentes et démocratiques garantissant :

 

Lire la suite : Ici