Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

manifestation-dakar

                                                                                                       DECLARATION


La section mauritanienne de la  RADDHO (Rencontre africaine pour la Défense des Droits de l’Homme) a suivi avec attention et appréhension les événements survenus au Sénégal les 26, 27et 28 janvier 2012.

 Tout en regrettant la mort d’homme, les brutalités policières et les dégradations ou destructions matérielles, elle proteste contre la violation du domicile, l’interpellation, sans mandat légal et la garde à vue injustifiée, le 28 janvier courant, du  Président Panafricain de notre réseau et Coordinateur  du M23 du Sénégal : M. Alioune TINE.


Elle rappelle l’engagement courageux, désintéressé et constant  du Président Tine pour le respect de la légalité, la Défense des libertés, des droits de l’homme et de la Démocratie, au Sénégal, dans notre sous-région,   partout en Afrique et dans le reste du monde. Elle exige la libération immédiate et sans condition de ce militant dont les combats se sont toujours démarques de toute forme d’extrémisme ou de violence.

La section Mauritanie de la RADDHO exprime  ses inquiétudes quant à la situation délétère prévalant au Sénégal en prélude aux  élections présidentielles de février 2012. Situation dangereuse et incompréhensible car elle jure d’avec les rapports sereins et pacifiques qui ont toujours caractérisés le débat et consultations électorales au Sénégal.


Nous regrettons à cet égard l’entêtement du Président Maître Abdoulaye Wade et son refus de se conformer à l’esprit et à la lettre de dispositions constitutionnelles dont il a été, co-auteur et chaud partisan. Nous rappelons à M. le Président Wade qu’il n’a rien à gagner en naviguant à contre courant. Et nous regrettons la validation de sa candidature, pour un troisième mandat, par la vénérable institution qu’est Le Conseil Constitutionnel Sénégalais qui tourne le dos à un passé où la raison d’Etat n’a jamais influencé la détermination et le sens de l’équité de cette prestigieuse Assemblée aux vertus longtemps irréprochables.

La section Mauritanie de la RADDHO   réitère, néanmoins sa confiance  en la maturité du Sénégal,  sa classe politique,  ses autorités morales et sa société civile. Tous, au cours de la longue histoire politique du pays, ont toujours montré  leur attachement  aux  traditions démocratiques sénégalaises,  et à la réputation du peuple sénégalais connu et admiré pour sa sagesse, sa tolérance,  son respect des dispositions constitutionnelles, de la légalité républicaine en général  et de  l’indépendance de sa justice.


Voisins et frères, liés au peuple sénégalais par une histoire millénaire et des liens de sang, de religion,  d’intérêts nous demandons aux partis politiques, syndicats et autres organisations de la société civile, aux Oulémas, Imams et intellectuels de Mauritanie d’entamer des contacts urgents  avec leurs vis-à-vis sénégalais pour une action concertée visant à arrêter les dérives inquiétantes de  cette  tension outre-fleuve  qui menace la paix civile et la stabilité du Sénégal et les nôtres aussi, tant nos destins sont liés.

 
                                                                                                               Nouakchott le 30 janvier 2012



                                                                                                                Le Président
                                                                                                                 Sid’Ahmed Habott