Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

deby o
Demain vendredi 1/03/13 est déclarée une journée de deuil, d’enterrement des morts et de recueillement. Pour ce faire, une entreprise privée a creusé une fosse commune compartimentée en 60 lots c.-à-d. pour autant des corps. 
 Pourquoi Deby méprise-t-il autant ses propres compatriotes ? On enterre qui et quoi ? Quand on sait que les caisses sont pratiquement vides sinon juste quelques morceaux de viandes ramassés par ci et par là ! Non pas seulement Deby a envoyé gratuitement les fils du Tchad se faire massacrer mais il a aussi permis aux vaudous et à tous les charlatans de l’Afrique de l’Ouest de venir dépiécer de ce qui reste des corps de nos compatriotes.
Ces charlatans qui campent depuis quelques mois à la présidence, ont immédiatement sauté sur l’occasion- eux qui étaient toujours à l’affût des organes humains pour leur charlatanisme habituel- pour demander  l’autorisation de se rendre sur place afin de récupérer les organes de ces morts pour un travail satanique qui consisterait à annihiler toute velléité contestataire des militaires. En appui de leur thèse, ils ont demandé à ce que les corps soient enterré aux cimetières des chrétiens ou des non-croyants.
A bon païen, il  a accédé à leurs affabulations sans broncher au détriment de la morale qui voudrait qu’on respecte les corps sans vie d’un être humain  et du sens du patriotisme dû à son rang. 
Correspondance particulière