Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

1966755_discours-hollande_640x280.jpg

 

La campagne des finalistes, François Hollande et Nicolas Sarkozy, a-t-elle fait évoluer les sondages? Si l'écart entre les candidats s'est réduit dans les intentions de vote, les sondeurs continuaient vendredi de donner le socialiste gagnant. Les enquêtes d'intentions de votes se suivent et se ressemblent depuis le 22 avril... Selon toutes les études des différents institut de sondage, François Hollande devrait l'emporter dimanche sur Nicolas sarkozy.

L'écart entre les deux finalistes du premier tour s'est toutefois resserré au fil de la campagne du second tour: "Une évolution somme toute normale et habituelle à chaque présidentielle", note Gaël Sliman, de BVA. Aux premiers jours de mai, François Hollande est crédité de 52,5% (Opinion Way, Ipsos, BVA) à 53,5% (Ifop), alors qu'après le premier tour, il atteignait jusqu'à 56% (pour CSA) d'intentions de vote.

Il n'empêche, "le resserrement a été moins fort que prévu", insiste Gaël Sliman. Comment expliquer cette légère différence? Par les reports de voix des battus. Du côté des mélenchonistes, R.A.S: ces derniers sont restés très fidèles à François Hollande, tout au long des deux semaines.

Mais qu'en est-il des électeurs de François Bayrou et de Marine Le Pen? Le FN, d'abord. "Un cinquième de ses électeurs, souligne Jean-Daniel Lévy, d'Harris Interactive, préfèrent la gauche, Ségolène Royal en 2007, François Hollande en 2012." Pas de changement à ce niveau-là. On comprend mieux pourquoi Hollande a voulu parler à ces électeurs...

De son côté, Nicolas Sarkozy n'a, selon CSA, gagné que 4 points dans les reports de voix des électeurs de Marine Le Pen, qui sont 57% à préférer l'actuel président de la République au socialiste. "La même proportion d'électeurs de Jean-Marie Pen avaient choisi Sarkozy au second tour de 2007", souligne Jérôme Sainte-Marie, le directeur du département "Opinions" de CSA.

Jean-Daniel Lévy, d'Harris Interactive, confirme: "Il y a eu un dégel d'abtentionnistes (...) Lire la suite sur lexpress.fr