Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

NA.JPG
En obligeant son collègue ministre de la Santé publique à nommer son frère Alsadikh Haroun Abdoulaye, à la Centrale Pharmaceutique d’Achat (CPA), le ministre de la justice et de la moralisation a dévoilé sa vraie face au Chef de l’Etat.
Jusqu’à là, le vice roi, ministre de la Justice, de la Bonne Gouvernance et de la Moralisation de la vie publique, Garde de Sceaux, Abdoulaye Sabre Fadoul, cachait bien son jeu : la terreur contre les autres ministres pour obtenir tout ce qu’il veut.
Comme le dit l’adage, 99 jours pour le voleur, un jour pour le propriétaire. Voilà que le 14 septembre dernier, après plusieurs tentatives relayée d’ailleurs par le Premier Ministre en personne, Abdoulaye Sabre Fadoul parvient à faire nommer son cousin germain au poste de Directeur de la Centrale Pharmaceutique d’Achat. Mal lui en a pris.
Informé de cette nomination alors qu’il se trouvait à Bardaï, Idriss Déby Itno pique une de ces colères dont il a seul le secret et fait téléphoner à Nahor de faire annuler cet arrêté le plus rapidement possible. Dans un premier temps, IDI pensait que Nahor a procédé à cette nomination suite à l’annulation d’un marché de moustiquaire imprégnées qu’il voulait faire signer par le PR mais qui a été rétrocédé à la CPA.
Mais, à la grande surprise du mari de Hinda, le ministre de la Santé lui a dit qu’il a nommé ce jeune Zakhawa sur ses instructions à lui transmises par le ministre de la justice et confirmées par le Premier ministre en personne. Sur ces entrefaites, le PR convoque une réunion à la présidence pour le lendemain de son retour de Faya, c'est-à-dire le mercredi 19 septembre 2012 à 16heures.
A la rencontre de ce mercredi dans l’après midi, on y trouve en plus du ministre de la Santé et les deux directeurs dont l’actuel et celui qui devrait le remplacer, il y a aussi le cousin de ce dernier, Abdoulaye Sabre Fadoul et le Premier ministre.
D’entre de jeu, le Chef de l’Etat savonne le pauvre Nahor qui a eu droit à un « tu as créé un parti politique et tu as pris les armes pour prendre le pouvoir alors que tu n’arrives même pas à diriger un ministère ? » C’est mortel, le pauvre vieux n’a même pas pu placer un mot et le lendemain, malade, il a raté le conseil de ministre.
Abdoulaye Sabre Fadoul, confus a eu aussi sa part de savon mémorable. Il lui a été rappelé que le pouvoir à lui confier devrait plutôt être utilisé pour servir le prince mais ne pas se servir. Ce que le Chef ne savait pas ce que ce n’est pas la première fois que cela arrivait. Abdoulaye Sabre Fadoul a utilisé les mêmes méthodes de voyous pour faire pression sur Samir le SGG afin de nommer deux de ses frères à l’OCMP, il a également usé des mêmes procédés pour nommer son cousin germain comme agent comptable de l’Office National de Radio et Télévision. La liste est longue.
Voilà, l’homme à qui l’on a confié non seulement la moralisation de la vie publique et la bonne gouvernance mais aussi la justice. Il est pris en flagrant délit de trafic d’influence, sanctionné par l’ordonnance 11, pour son goût immodéré pour le pouvoir, l’argent et le bling-bling.
Il se sert du premier ministre qu’il tient par le rapport de l’opération Cobra à Moundou qui a décelé un détournement de 500 millions imputable directement à Emmanuel Nadingar. Ce rapport a été confisqué.


Le fouineur