Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 debykebzabo.gif Le président de l’UNDR, et  porte-parole de la CPDC, commente en la critiquant, la nomination d’Emmanuel Nadjingar.

 

La Voix : Comment réagissez-vous à la nomination d’Emmanuel Nadjingar à la Primature ?

 

Saleh Kebzabo : En ce qui nous concerne, dans l’opposition, cette nomination d’un énième premier ministre est un non-évènement d’une banalité vulgaire. Le précédent est venu avec beaucoup de bruit et repart par le trou de la serrure : il n’a jamais joui de la plénitude de la fonction et en a tiré très tôt les conclusions, pour ne s’intéresser qu’aux dividendes de la fonction. Son départ était programmé à peine avait-il pris ses fonctions.


En fait, je note que le Président Déby peine toujours, après presque 20 ans au pouvoir, à trouver un premier ministre qui lui convienne: il devrait se remettre en cause ! Il les a usés un à un, y compris dans son propre parti, et a fini par en rechercher dans les réservistes. Nous savons que depuis quelques semaines, tous les actes qu’il pose sont pour préparer les prochaines échéances électorales : la demande du retrait de la Minurcat, la réconciliation spectaculaire avec le Soudan, et maintenant le changement de PM, militent pour ce choix. Sans oublier évidemment  la moralisation à double vitesse qui consiste à arrêter certains responsables, pendant que de gros poissons sont à l’abri, ou la langue arabe à la rescousse. En ce qui nous concerne, nous restons vigilants et dénoncerons tout dérapage.

 

Votre parti, l’UNDR a-t-il été consulté pour une éventuelle entrée au gouvernement ?

 Dans un contexte pré-électoral sous le régime de l’Accord du 13/08/07, il est évident que l’UNDR ne peut être décemment approchée pour diriger un gouvernement : de quel gouvernement s’agirait-il ? J’ai suivi avec un intérêt mesuré le débat sur la question, relativement à ma modeste personne, et j’en ai conclu à une méconnaissance totale du contexte politique et de son environnement, et évidemment, de ma personne dont on fait fi de l’attachement à certains principes et valeurs. Seul DIEU en connaît le moment propice qui, assurément, est inscrit dans un destin national dont Lui seul maitrise le programme !

 

Pensez-vous que le nouveau PM sera à la hauteur de sa mission ?

 Je ne veux pas m’exprimer sur les personnes dont je ne connais pas les valeurs. Je fais observer que le gouvernement est truffé de ministres chefs de partis dont la seule préoccupation est de se donner les moyens d’aller aux élections en vue, et nous pouvons parier qu’ils s’ils livreront, certainement au détriment de leur tâche pourtant immense. De plus, les défis sont nombreux et divers : la baisse constante du pouvoir d’achat, la famine qui s’installe, la moralisation à deux vitesses qu’il faut corriger en élargissant le champ des investigations et des arrestations, l’énergie, l’assainissement des finances publiques, la justice sociale, la paix… Evidemment, nous attacherons du prix à une bonne préparation pour de très bonnes élections.

 

Propos recueillis par  Eric Topona