Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

mjeKHARTOUM (AFP)

Des combats meurtriers ont opposé jeudi les forces armées soudanaises au Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, a indiqué la rébellion.

"Il y a eu de grands combats à Adoula au Darfour-Sud et aussi au Darfour-Nord. L'armée nous a attaqués dans à la mi-journée", a dit à l'AFP Ali al-Wafi, porte-parole militaire du JEM joint sur son téléphone satellitaire.

La rébellion a revendiqué la prise d'une trentaine de véhicules 4X4, la mort de plusieurs dizaines de soldats et a aussi reconnu "quelques" morts dans ses rangs.

"Nous avons eu des rapports d'affrontement, mais ils demeurent non confirmés", a dit à l'AFP, Kemal Saïki, chef des communications de la Mission hybride ONU-Union africaine au Darfour (Minuad), plus grande mission de paix au monde avec plus de 20.000 soldats et policiers déployés.

Il n'a pas été possible jeudi soir de joindre l'armée soudanaise. Le porte-parole officiel de l'armée, Sawarmi Khaled Saad, avait fait état plus tôt cette semaine de combats meurtriers avec la rébellion dans le secteur d'Adoula, où des combats ont eu lieu jeudi selon le JEM.

Ces affrontements surviennent alors que le processus de paix de Doha entre le JEM et le gouvernement soudanais est au point mort et où le chef du JEM, Khalil Ibrahim, tient des consultations à Tripoli, en Libye, après avoir été expulsé du Tchad le 19 mai dernier.

Khartoum et le JEM étaient parvenus cet hiver à un accord-cadre incluant un cessez-le-feu et devant déboucher à terme sur une paix durable, mais les pourparlers ont capoté depuis.

Les pourparlers de paix de Doha doivent en théorie reprendre ce mois-ci dans la foulée de la formation attendue du nouveau gouvernement du président soudanais Omar el-Béchir. "Nous n'irons pas à Doha. Ils ont déclaré à la guerre au JEM", a dit jeudi soir à l'AFP Ahmed Hussein, porte-parole de ce mouvement rebelle.

Le Darfour est le théâtre depuis 2003 d'une guerre civile complexe à l'origine de 300.000 morts selon les estimations de l'ONU - 10.000 d'après Khartoum - et 2,7 millions de déplacés.