Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Depuis un certain temps ce Habib lie les carences du Tchad à la seule personne de Déby. Croit-il sincèrement que le départ de Déby va pas régler la question de la nullité dans la corporation sécuritaire au Tchad ? Hélas non !

Dans toute les couches sociales du Tchad pour ne pas dire communautés ou tribus, il y a nombres analphabètes. Cela est le résultat de 50 ans de politique abjecte et déconcertante en matière d'instruction et plus d'éducation. Croyez vous que le nouveau président va laisser tomber les siens illettrés ? Ce n'est pas connaitre le Tchad et pour preuve; Pourquoi par exemple, lorsque Fidel Moungar pourtant désigné par la CNS, donc souverain, avait-il fait venir de tout le Tchad ses parents militaires, policiers dont une bonne partie sont analphabètes pour assurer sa sécurité ? C'est comme ça le Tchad. Pour y remédier, c'est un travail de fond qui s'impose; et cela doit commencer par l'édification d'une vraie nation tchadienne où l'appartenance à l’ethnie du Président ne confère de facto aucun droit absolu autre que celui mérité par son travail et son niveau d'instruction.

 

il y a encore un vérité dont il faut lui tordre le cou. Je lis souvent des compatriotes originaires du Sud penser qu'ils sont les méritants car disent-ils, ils ont fait des études et qu'au nord, il n'y a que des éleveurs de vaches et dromadaires et qui occupent abusivement des postes dans l'administration. Si cela était partiellement vrai jusqu'en 1979, ce qu'il ne faut pas oublier, c'était le résultat de la politique de vos ainés, Tombalbaye et Malloum qui n'ont rien fait pour développer les infrastructures nécessaires à l'instruction dans le Nord du Tchad.

A ce jour, le Tchad est en équilibre en matière de niveau d'instruction ou d'analphabétisme. Il suffit de le constater. Il y a autant de jeunes diplômés ou d'analphabètes originaires du Nord tout comme au Sud. Ne croyez pas que nos compatriotes originaires du sud parce qu'ils parlent ( couramment ) français sont forcement lettrés. J'en ai connu plusieurs dans mes différents parcours dans l'administration qui ne savaient pas t’écrire une ligne en français. S'ils parlent un français approximatif , c'est parce que souvent chrétiens de religion, le catéchisme leurs aient enseigné en français donc forcement ils deviennent des amateurs de cette langue dont ils finissent par maitriser les rudiments. Tout comme l'arabe parlé au Tchad qui n'a rien à voir avec l'arabe littéraire. Revenons à la corporation chère à notre frère Habib Souleïmane, la Police.

Un petit rappel s'impose. Le premier décret intégrant des civils à la police date de 1967. A l'époque, les défunts Dikoa Garandi et Naïmbaye Lossimian avaient fait pression sur Tombalbaye afin de trouver du boulot aux jeunes désœuvrés du logone orientale et du Mayo Kebbi. Pour masquer l'imposture, ils ont concocté une liste élargie avec quelques personnes des autres régions du Tchad. C'est ainsi que des gens comme Touka Haliki ont été intégré à la police.
La deuxième intégration par décret d'importance date de 1976. A cet effet, avec la suppression de la CTS (compagnie tchadienne de sécurité) la GR sous Tombalabaye, tous ceux qui composaient cette unité ont été reversé à la police dont plusieurs étaient analphabètes. Et ainsi de suite les décrets ont suivi : Sous Hisseine Habré en 1983 (Mahamat Wakkaye et autres) 1987, 1988 et 1989 et même 1990. Certes il y a eu des concours, mais, les listes ont été souvent complété par des décrets pour faire entrer le plus souvent sous Hisseine Habré des jeunes goranes ou Kanembou comme l'actuel directeur du personnel de la police Adoum AZI ou des sbires de la DDS comme Warou Fodou ou sous Malloum le musicien Clément Masdongar.

Bonne fête à tous le monde

Ali Hussein