Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Nombreuses sont des personnes actuellement accusées de détournements de fonds publics  et reprises par la police judiciaire Tchadienne. Le président Idriss Deby Itno semble nous dire que nous vivons dans un monde de possibilités relatives où l’individu qui fait de son mieux équivaut à celui qui a accompli le plus, et qu’il serait lui-même entrain de faire de ce qu’il peut pour dissuader les voyous des finances. Est-ce que c’est vrai tout ça ? Comment fait-il pour déprécier les voleurs et corrompus au point de les réprimander et, en même temps, laisser le vol et la corruption dormir à sa porte ?   

Cette vague d’arrestations, de quoi s’agit-il au juste et à qui profite-t-elle ? En fait, il est reproché à certains individus de s’organiser en bande pour détourner 1.5 milliard de francs CFA d’un marché ayant été approuvé le 20 Mai 2009 sous le numéro 0207/PR, pour le compte du ministère de l’éducation nationale. Ce qui déclenche aujourd’hui seulement une agitation à l’allure d’une utile diversion orchestrée de main de maitre et à la courbe d’un règlement de compte au sein d’une même famille politique, le MPS en perte de repères et visions. 


Le paradoxe de cet effort relatif, que Deby appellerait volontiers lutte contre la corruption, vient du fait que cette démarche ne vise qu’un certain type ou caste de voleurs de deniers publics et quelques personnes bonnes à salir ?

 

Quels sont les vrais bénéficiaires de cette démarche sans vrais enjeux globaux pour le Tchad ? Cette affaire n’est qu’un contre-feu visant à nous distraire à un moment où nous devons réclamer un recensement électoral biométrique afin de minimiser significativement les risques de fraudes à la prochaine présidentielle.  C’est plus facile pour Deby de livrer quelques malfrats  confirmés ou non que de céder à une réclamation qui pourrait l’éjecter.  Si l'offre plait alors toute satisfaction  sera d'abord la sienne.

 

Leurrer massivement est un art que connaissent particulièrement Deby et ses hommes de mains. Le jour où le président reconnaitra que le vol et la corruption sont les effets d’une force obscure inhérente à la nature de son système politique et qu’il faille corriger le tir, ce sera ce jour-là seulement qu’il commencera à prendre véritablement la responsabilité des maux qui rongent notre pays tels que la corruption et le détournement  de l’argent des contribuables.

 

Le président se sait impopulaire. Ses allées et venues politiques et morales  ne sont aujourd’hui envisageables que sous un angle purement esthétique. Pour preuve, il ne touche pas aux siens comme sa nièce mme Zara Mahamat Itno, conseillère aux affaires économiques, financières et budgétaires  de la présidence et qui serait aussi concernée par cette affaire du marché de 1.5 milliards détournés. Pourquoi tente-t-on d’intimider le député du MPS Mahamat Taher en menaçant de lui retirer son immunité parlementaire s’il ne témoignait pas contre certaines personnes ou ne confirmait les accusations portées contre certaines personnes ? Pourquoi exerce-t-on tant de pressions sur Gaïdro afin qu’il accuse ou témoigne contre certaines personnes ?  

 

Tandis que nous attendions un véritable départ pour le changement des comportements en disant qu’il a enfin compris et mis la main sur le mal, le président déçoit en nous servant des affaires de règlement de compte politique. Ceux que les yeux ne plongent jamais dans les coulisses et qui ne se content que du côté apparent des choses ont mordu à l’hameçon et commencé à se réjouir mais nous leur disons de rester calmes. Il n’ya rien qui concerne l’intérêt supérieur des Tchadiens dans cette agitation du parti au pourvoir qui cherche un capital de sympathie auprès des Tchadiens. Il ne s’agit que d’une affaire dégueulasse venant d’en haut où des tentacules de tout genre s’entrecroisent et servent des intérêts particuliers.

 

Le président Idriss Deby Itno, nous le savons imprévisible, mal conseillé et pas du tout prêt à lutter, d’aucune manière, contre le vol et la corruption au Tchad, lesquels sont érigés en un système, une façon d’être, de faire et de s’accomplir.

Retenez que le président agit dans la nuit par la vertu d'une volonté « vérace » mais sans valeur malgré sa belle apparence. Le ciel risque de demeurer sombre même après les élections.

 

Joe Al Kongarena, librafrique.com