Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak



A

Son excellence,

Monsieur le Président

De la République du Tchad,

 

Permettez-moi de vous tenir informer  qu’en ma qualité de citoyenne tchadienne, que cela fait jour pour jour, une année, que je me suis consacrée à travers  le blog de Makaila, à une série de réflexions qui se fixe comme objectif principal :  la recherche de la paix pour mes frères tchadiens dans leur globalité et composante politique en générale.

 

Mes appels incessants visent à demander simplement la paix pour notre cher pays : le Tchad.

 

Excellence monsieur le président,

 

Vous êtes sans savoir que lors de la seconde guerre mondiale, notre pays, le Tchad, a été glorieusement magnifié et chanté par des personnes étrangères, rien que pour la bravoure de ses fils, je le cite : « après le Tchad, l’Angleterre et la France, le grand chemin qui mène vers Paris, le cœur joyeux tout gonflé d’espérance……)

Militaire  que vous êtes, devriez connaître cette chanson en l’honneur de notre beau pays.

 

Mais je me permets de vous faire remarquer que bientôt, Vingt (20) ans, que vous êtes au pouvoir et à la tête du Tchad, pour les enfants nés en cette période, les plus intelligents et doués, doivent chronologiquement faire la 2ème année de l’université, pendant toutes ces années, nous avons connu le bonheur comme nous avons connu le pire des malheurs, qui nous ont brisés les cœurs.

 

Les Tchadiens dans leur ensemble, ont au départ, cru en vous et vous ont accueilli en libérateur comme ils avaient accueilli Habré auparavant.

En règle générale que veut un peuple dans un pays ?

 

Tout peuple a besoin généralement d’une  bonne couverture sanitaire pour se soigner face aux maladies, d’un système éducatif performant, pour s’instruire à travers l’accès à l’école pour tous les enfants sans distinction, manger à sa faim à la sueur de son front dans la dignité. Pour le reste, le partage du bakchich, ce n’est pas son affaire

 

Toutefois, c’est avec un regret, que je dois mentionner vos incohérences internes au sein même d’une famille, où vous ne vous entendez pas et vous bouffez le nez, alors qu’en-diront-ils les autres citoyens tchadiens qui vous observent  dans votre turpitude ?

 

Vous savez monsieur le président, les gens qui vous entourent, tiennent souvent un double langage, simplement, parce qu’ils ont peur de vous dire en face tout haut ce qu’ils pensent  en toute objectivité de  certaines vérités qui fâchent.

 

Si les autres ne parviennent pas à le faire, votre épouse, seule, serait au moins courageuse de vous le dire de chercher à faire la paix avec vos frères tchadiens, parce qu’ils appartiennent aussi à ce pays et doivent y vivre au même titre que les autres.

 

 Un simple adage le populaire souvent utilisé dit : «  dans un troupeau avec un seul berger quelques chameaux, vaches ou brebis peuvent s’égarer, mais le berger court à la recherche de ce qu'ils sont égarés, alors il les retrouve et les ramène au village ».

Pardonner est un geste élégant qui ne signifie pas une faiblesse. Quel l’être humain qui ne pardonne pas ? Du moment où  notre  créateur suprême le tout puissant, pardonne.

 

Les dignitaires qui vous entourent n’aiment pas la paix, parce ce qu’ils tirent profit, refusent de panser nos blessures pour qu’elles gangrènent, ce sont ceux là vos pires ennemis.

 

Par la même occasion, mon appel s’adresse à tous mes  frères dans l’opposition armée, qui auparavant, étiez à ma connaissance,  tous des frères de chercher aussi à faire la paix.

 

Parmi vous, il y a ceux, qui avaient occupé de très hautes fonctions dans l’administration publique tchadienne.


Ceux là, doivent se rendre compte d’une seule chose, que l’on ne peut être tous Président en même temps dans un pays, donc  ne vous compliquez pas la vie, car, elle est déjà compliquée.

 

Le jour où le Seigneur décide de changer les choses, il le fera à une fraction de seconde, alors ne vous faites pas du mal pour rien, tout comme ne la faites pas à vos épouses et enfants.

 

Encore une fois, monsieur le président de la république et les leaders des mouvements armés, faire la paix, est un acte de bravoure et du sacrifice pour son pays.

 

Je m’adresse à vous tous au nom de la paix pour le Tchad et son peuple.

 

Mes remerciements anticipés à vous tous.

 

Hababa Acyl

 

Contact : babacyl@yahoo.fr