Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

mpdj logo

 

Mouvement Panafricain pour                                                               

la Démocratie etla Justice

 

Réflexion du MPDJ

 

En quelques semaines, plusieurs évènements ont coïncidés, notons-en quelques-uns les plus saillants :

1.    Envoi de corps expéditionnaires au Nord Mali et en République Centrafricaine

2.    Scandale de corruption

3.    Dissolution de la police nationale

4.    Cinquième anniversaire de la disparition du Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh

5.    Boycott de la Société d’arnaque par les usagers

6.    Remaniement ministériel

Quelles réflexions en tirer ?

-        S’agissant de l’envoi de nos forces armées sur le théâtre de la bataille, pour nos martyrs morts sur le champ de bataille pour une cause qui n’est pas la leur, nous présentons nos condoléances à leurs parents, amis, à toute la nation tchadienne, bref à nous tous. Le MPDJ dont la lettre P signifie PANAFRICAIN, est pour la paix et la démocratie en Afrique. Mais nous condamnons les motivations : l’instrumentalisation et la mercenarisation de nos compatriotes ; cette visée macabre qui consiste à assoir le pouvoir sur les cadavres des Tchadiens ; mais nous nous sentons sereins car nous savons une chose : l’Histoire toujours attrape les satrapes.

-        Que cesse également que notre pays soit spécialiste d’une seule chose : tuer et faire tuer, et tuer les tueurs ; c’est l’arbre qui cache la forêt ; horreur et triste record.

-        Clanisme, népotisme et corruption : ce sont des pratiques et des maux courants et banals qui n’émeuvent personnes.

-        Au sein du régime, il se passe quotidiennement des scandales autrement plus graves mais restent toujours impunis quand cela profite aux proches et aux thuriféraires ; ils ne sont jamais ébruités.

-        La privatisation rampante de l’Etat en commençant par ses démembrements les plus juteux, les plus rentables : cartes d’identité, passeports, permis, taxes aéroportuaires, péages etc… voici comment on arnaque l’Etat et le peuple entier de façon flagrante et massivement.

-        Dissolution de certains corps, remaniements ministériels, ces remèdes cosmétiques ne résoudront pas les maux du Tchad ; ils sont trop profonds : tous les corps, les institutions, tout l’administration est gangrenée, qui sont les premiers responsables, voir le premier responsable depuis 23 ans ? Suivez mon regard.

-        La disparition des opposants : faut-il faire la liste de ceux qui ont disparu, ceux qui ont été assassinées, ceux qui sont forcés à l’exil et ceux qui sont maintenus par le chantage, l’intimidation ; la liste serait longue.

Que faut-il faire ?

-        Il ne suffit plus de dissoudre la police ou d’autres démembrements ou institutions gangrenés, il faut d’abord dissoudre l’Etat ; car cet Etat naguère qualifié d’Etat NEANT est actuellement privatisé ; la meilleure et seule solution consiste à parvenir à une restructuration voire une refondation de l’appareil étatique ; détacher l’Etat de toutes ses reliques, oripeaux et autres avatars coloniaux et post ou néocoloniaux qui l’empêchent de fonctionner normalement, pour qu’il n’y ai plus de relations empreinte du syndrome de la victime adorant son bourreau , autrement dit le peuple victime de l’Etat prédateur.

-        Ensuite inculquer au peuple une nouvelle mentalité débarrassée de la culture de la violence, du népotisme, de l’opportunisme, de l’amour du gain facile, du gaspillage, du mépris.

-        Il faut dissoudre les institutions :

Ø La présidence pour incompétence et trahison

Ø L’assemblée avec une majorité de godillots

Ø Le Gouvernement de thuriféraires

Ø L’armée composée d’éléments moribonds, inaptes ou quasi inexistants et une partie composée de milice armée.

Ø Ainsi que les finances, la justice, la fonction publique, irrémédiablement corrompues.

Qui accomplira ces œuvres salvatrices ? Me direz-vous. Avons-nous des élites, des intellectuels dignes qui s’en chargeraient ? J’en doute fort pour le moment, pour certains d’entre eux au moins, se divisant en plusieurs catégories  qu’il faut traiter ou revaloriser :

Ø Les opportunistes qu’il faut définitivement écarter

Ø Les lâches qu’il faut rassurer

Ø Les fatalistes qu’il faut surprendre

Ø Les inconscients qu’il faut réveiller

Il faut par contre compter sur le peuple profond qu’il faut guider, les jeunes en majorité au chômage, la société civile, la diaspora, les exilés, les militaires humiliés, les commerçants spoliés, les femmes à la fois négligées et instrumentalisés, les paysans, les éleveurs.

 

 

 

 

                                                                            Fait le 15 mars 2013

                                                                    

      Le Coordinateur Général Provisoire