Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Clément ABAIFOUTOU, président national de l’association des victimes : « Ce que le film a présenté ne fait même pas le quart de ce que Hissène Habré a fait subir à son peuple »
« Avec la volonté politique du président Macky Sall, nous nous félicitons du fait que nous soyons à ce niveau. Mais, compte tenu de la plainte qu’avait déposée la Belgique auprès de la Cour pénale internationale, le Sénégal est dans l’obligation de juger ou d’extrader Hissène Habré. Ce coup marque un pas significatif dans notre combat quotidien pour que Habré réponde de ses actes. Tout ce que le film  a présenté aujourd’hui ne fait même pas le quart de ce que Hissène Habré a fait subir au peuple Tchadien. Nous avons toutes les preuves. Si le Tchad était proche du Sénégal comme le Mali, vous les journalistes, vous entendriez par vous-même les horribles témoignages des victimes tchadiennes. Il faut que justice soit rendue. Ceux qui étaient hier membres de la police politique de Habré occupent aujourd’hui de hautes fonctions dans l’administration tchadienne et  narguent les Tchadiens. Mais nous avons déposé des plaintes aux Tchad ».
 

SOULEYMANE GUENGUENG, victime : « Notre seul souhait est que le Sénégal rende une justice équitable »
« Je savais que tôt ou tard la vérité jaillirait, parce qu’elle appartient à Dieu. Les dictateurs ont joué un rôle important pour que Habré ne soit pas jugé. Même les pressions extérieures n’avaient pas ébranlé Abdoulaye Wade. Notre seul souhait maintenant est que le Sénégal rende une justice équitable. Parce qu’elle nous apportera beaucoup de chose psychologiquement. Si demain ces gens iront en prison, ils seront prêts à nous demander pardon, nous pardonneront et la paix reviendra définitivement. Ce film a fait revivre en moi la souffrance que j’ai endurée dans les geôles de Hissène Habré. Par ailleurs, il a fait naître en moi une lueur d’espoir, vu la détermination des militants des droits de l’homme ».
 

DELPHINE DJIRAIBE, avocate des victimes : « Nous avons des preuves irréfutables »
« Nous accompagnons les victimes dans leur quête de vérité. Depuis 13 ans, nous sommes dans la constitution de dossiers. Aujourd’hui, nous nous sommes lourdement armés pour défendre les victimes. Nous avons des preuves irréfutables. Avec le lancement des chambres africaines, nous sommes dans une étape importante. Les victimes n’ont pas demandé plus que cela ».

Par Eugène KALY et Ndiol Maka Seck

 

 

 

 

Source: http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=25825:proces-de-lex-president-du-tchad--reactions&catid=59:house-design&Itemid=108