Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Thierry-Ndoyo.jpg
18 août 2012. 

Arrestation arbitraire de Thierry Ndoyo, coordinateur général du collectif «Touche pas à ma constitution», par le Commissaire de l'aéroport de Bangui.

Résidant au Sénégal, il rentre à Bangui pour enterrer son petit frère, et serait en ce moment-même détenu dans une cellule à l’Office central de Répression du Banditisme (ORCB).


Force est de conclure donc qu'en République centrafricaine, vouloir protéger la Constitution de son pays contre la prédation sans limite d'un régime aux abois, est dorénavant considéré comme du banditisme. En exerçant une force asphyxiante qui ne surprend plus personne, expression brute d’un diabolisme abyssal, François Bozizé continue donc à tuer l’espoir de milliers de Centrafricains.

Le 13 août dernier à Paris, un nouveau front s’est officiellement ouvert contre la tyrannique et profondément destructrice gouvernance du général-président François Bozizé.

Lors de l’illustre allocution présidentielle, à l’occasion de la fête nationale que le président avait choisi de passer avec la diaspora centrafricaine de France, Godfroy-Luther Gondje, citoyen centrafricain de son état, et membre du collectif «Touche pas à ma Constitution», s’était levé pour demander à son président s’il avait l’intention de changer la Constitution. La question était parfaitement justifiée vu les illégalités massives et systématiques pratiquées depuis 2005 par l’ancien chef rebelle devenu miraculeusement président en mars 2005, illégalement puisque par la fraude, procédé réitéré en janvier 2011 pour son second et dernier mandat. Accessoirement, plus personne d’ailleurs n’ignore les crimes de guerre commis lors de sa course au butin de Bangui de 2001 à 2003, et dont il devra forcément un jour ou l’autre rendre compte devant la Justice.

Donc, fauché dans son élan oratoire patriotique, François Bozizé, bredouillant et surpris par la question du compatriote Gondje, avait alors innocemment demandé où le jeune homme avait vu qu’il allait changer la Constitution.

Et pourtant, cinq jours après son innocente réponse à une candide question, le général-président Bozizé fait arrêter le coordinateur général du collectif « Touche pas à ma Constitution », voulant de toute évidence faire comprendre au peuple centrafricain que de vouloir défendre un droit fondamental et constitutionnel relève du banditisme. Inutile de dire au passage que rien que pour sa petite question candide de patriote bien pensant, Godfroy-Luther Gondje sera immédiatement jeté en prison s'il met les pieds à Bangui. 

L’arrestation du citoyen et patriote Thierry Ndoyo n’est que la preuve noir sur blanc que Bozizé a bel et bien l'intention de modifier la Constitution à son avantage. Nous n'avons même plus besoin de lui poser la question, puisqu’elle a été posée et que le général-président y a aujourd’hui clairement répondu.

Bozizé ouvre donc publiquement la chronique annoncée de la violation de la Constitution centrafricaine.

Continuez sur le site: http://juliette.abandokwe.over-blog.com/article-centrafrique-fran-ois-bozize-choix-du-peuple-en-2016-109222036.html