Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

          

Col-TATCHO-au-Darfour-en-2004.jpg

 

   

COMMUNIQUE N0:05/PR/FPR/2012.

 

Relatif à l’invasion de la RCA par le GENERAL IDRISS DEBY.

 

    Par notre connaissance de la volonté évidente de Deby pour ses ingérences partout dans les affaires des pays africains et au moment actuel, hormis les forces armées tchadiennes déjà présentes depuis plus  d’une semaine en RCA, plusieurs dizaines de véhicules 4x4 de l’armée ont quitté Ndjamena et se dirigent vers les positions des rebelles centrafricains afin d’attaquer la coalition SELEKA.

   Le SELEKA qui, a travers toutes ses déclarations n’a jamais manqué de recourir au dialogue ; elle se retrouve aujourd‘hui confuse par des déclarations issues d’un simulacre de conférence des Chefs d’Etats de la CEEAC a Ndjamena qui ne précise ni garantie d’un vrai dialogue moins encore une bonne volonté de rapprocher les parties en conflit.

   Cette stratégie machiavélique est l’œuvre pure d’Idriss Deby afin de torpiller la voie du dialogue recommandée par le SELEKA, s’engager dans un cafouillage qui puisse prolonger la guerre en RCA et  lui permettre de mieux piller les immenses ressources de ce pays comme il l’a valeureusement fait en 1998 et 1999 en RDC et tout dernièrement en Libye avec la chute du Guide, emportant a la volée,  de tonnes d’or et plusieurs conteneurs pleins de billets de banque de toutes  natures vers Ndjamena.

   En effet, cette guerre en RCA a commencée une fois que Deby installe Bozize au pouvoir. L’objectif principale est de disperser la population de la zone du Nord-est, la région de Vakaga riche en pétrole, plus précisément a MAMOUN( BOROMATA), zone contrôlée par la plus importantes des rebellions du pays l’UFDR afin que librement lui Deby  arrive a rançonner Bozize qui n’est que le représentant du  « NOUVEL EMPIRE ZAGHAWA »( ethnie de Deby) en RCA.

   Par ailleurs, chers frères africains nous continuons a vivre le colonialisme sous plusieurs formes, mais avec Idriss Deby, aujourd’hui au Tchad notre pays nous vivons les moments qui n’ont jamais été signalés dans un livre quelconque de l’histoire, une barbarie inédite avec la complicité visible de la communauté internationale : les massacres en masses des paisibles civiles pour arracher leurs bétails ou autres richesses, les assassinats en publique ou par enlèvements que personne ne peut lever le seul doigt au nom de la justice internationale et dire le dire Droit.

   Cet exemple de la République Centrafricaine est visiblement grave car le stratagème que Deby cherche a mettre en application nous emmène a beaucoup plus nous rapprocher de la SELEKA afin de détruire ce projet satanique, car en ce moment, vingt cinq milles( 25 000) habitants, des citoyens tchadiens originaires de la localité de KOME, ville  abritant les usines et installations pétrolières  au sud du Tchad, sont purement et simplement chassés sans aucun droit ;  malgré que l’an dernier ensemble, ces victimes ont déposé cent cinquante( 150) plaintes collectives et individuelles  sans aucun résultat.

   En définitive, chers frères africains le droit ne peut être obtenu par les larmes ni par des louanges, c’est plutôt par l’épée qu’il faut le conquérir car toute les voies sont inefficaces dans la région sub-saharienne. Si en Tunisie et en Egypte la marche pacifique a vaincu les armes, il n’est pas partout le même moyen car la Libye et la Syrie actuelle en disent beaucoup.

   Toute dictature doit partir, l’histoire doit commencer maintenant et la victoire est certaine.

 

                     A  BAS LA DICTATURE,

                     A BAS LE TRIBALISME,

                     A BAS LES TRAITRES.

 

          LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS.

 

 

                                                                    Fait a DJARA, le 24 Décembre 2012

 

                                                                                   Pour le FPR :

 

                                              LE COLONEL TATCHO AHMAT ADANO