Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

                                             Un accord de paix "dans une semaine" avec la CPJP

    BANGUI, - Bangui va signer "dans une semaine" un accord de paix avec la rébellion centrafricaine de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), a déclaré jeudi à la radio nationale le ministre délégué au Désarmement, le général Xavier-Sylvestre Yangongo.


    "Avec le groupe de la rébellion de la CPJP, nous avons des contacts très réguliers ces derniers temps. Nous partions mardi matin pour signer un accord de paix avec la CPJP. Toutefois, les amis d'en face voulaient d'abord prendre connaissance du projet de texte. Nous leur avons remis le document, et dans une semaine nous allons signer l'accord de paix", a affirmé le général  Yangongo.


    "Nous allons signer l'accord de paix avec la CPJP et son entrée dans le processus du DDR (Désarmement, démobilisation et réinsertion) ainsi qu'au comité de pilotage du DDR par rapport  à l'accord de Libreville", signé en 2008 avec plusieurs rébellions, a-t-il dit. Mahamat Abass, porte-parole du coordinateur de la CPJP, Abdoulaye Hissène, a déclaré à la radio: "Il faut qu'on  lise le contenu, parce qu'on ne peut pas s'engager comme ça. Il y a tout un côté juridique qu'on  ne saisit pas".


    Selon lui, la CPJP a demandé "la libération de 5 compatriotes qui se trouvent au Tchad (...) et  notre immunité pour nous permettre de parcourir toutes les zones où sont basés nos hommes,  pour les informer". Le porte-parole a affirmé que sa présence montrait "que le processus de paix  est engagé et irréversible".


   La CPJP, dirigée par l'ancien ministre et opposant Charles Massi donné pour mort par sa famille  et très active dans le nord-est et le sud du pays, avait annoncé au mois d'avril dernier un cessez-le-feu pour négocier avec le gouvernement et "mettre fin à la souffrance de la population  civile". Elle exige du pouvoir des clarifications sur la mort de son leader, et en faisait jusque-là un  préalable à toute négociation.

 

Source: Angola-Press-Afrique