Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

im_29_06_2011_c.png

Située aux encablures de Ndjaména à 45 km, la raffinerie de Djarmaya a été inaugurée hier, mercredi par  Idriss Deby qui annonce en même temps,  soit dit en passant l’ « indépendance énergétique » du Tchad.

 

Cette nouvelle n’enchante aucun citoyen tchadien prévenu et averti dans la mesure où  le pays est géré à volonté par une minorité clanique au pouvoir qui réprime et opprime  sans distinction les populations qui croupissent sous le poids de la misère et de disparité sociale criarde.

 

Après avoir été mal élu et contesté par son peuple lors des dernières échéances législatives et présidentielles, le régime de Ndjaména qui est aujourd’hui délégitimé par une réélection controversée recherche par tous les moyens légaux et illégaux pour récupérer l’opinion publique nationale par une démagogie élémentaire de mauvais goût.

 

Cela dit, avant l’extraction du pétrole de Doba, les dignitaires du régime ont soutenu et dévelloper les mêmes argumentaires à l’égard des populations tchadiennes en leur donnant des faux espoirs de vivre heureux et dans l’opulence.

 

Mais à l’heure actuelle, tout le monde a déchanté depuis l’exploitation  du pétrole de Doba en 2003 à nos jours,  les populations autochtones de cette région pétrolifère n’ont connu de manière significative une amélioration de leurs conditions de vie quotidienne. Pire, elles sont abandonnées à elles-mêmes au même titre que les autres localités du pays.

 

Nous avons pour preuve, c’est dans la localité de Doba où l’on observe  de façon remarquable  l’immense pauvreté,  la prostitution,   un  taux élevé  de pandémie du sida et autres fléaux qui décrivent le calvaire de tout genre.

 

La raffinerie de Djarmaya ne résout  point  les problèmes socio-politiques et institutionnels du Tchad. Car, l’unique et seul problème de notre pays réside au niveau de ce  pouvoir illégitime et contesté  en place, incarné par Idriss Deby depuis 21 ans de règne absolu, de l’arbitraire, de l’impunité, de déficit démocratique, de l’exclusion massive, des violations abusives des droits élémentaires du citoyen tchadien.

 

Il ne s’agit pas de lancer et annoncer une raffinerie pour  amadouer et gagner la confiance  perdue de tout un peuple après 21 de pouvoir qui repose sur les crimes humains et économiques du Tchad. Il fallait depuis belle lurette démocratiser les institutions républicaines,  éviter la confiscation du pouvoir par des moyens militaires, l’accaparement et la gestion sous l’angle parental, clanique et régional des ressources naturelles du pays.

 

L’exemple de la Libye démontre le contraire de ce que pense Idriss Deby de sa petite et anodine raffinerie.

 Pays pétrolier par excellence, la Libye est dirigée en main de fer depuis 42 ans par le colonel Khadafi qui a géré avec des pétro-dinars pour s’imposer à son peuple comme un redoutable tyran.

Les Libyens anesthésiés  par l’ignorance du régime de Khadafi, croyaient que leur pays est le centre du monde.

Jusqu’à la date de révolte populaire, les Libyens ne se plaignaient socialement de rien. Mais la question des libertés fondamentales, du respect des droits de l’homme et  de la démocratie demeurent leurs principales et légitimes revendications permanentes.

La preuve : ils viennent de le prouver en ayant  marre du règne indéfini du guide libyen,  le résultat est là de manière probante.

Les gens réclament tous la démocratie, plus de  justice et des libertés pour tous.

Au Tchad, il n’y a ni démocratie, ni justice sociale, ni libertés publiques, ni respect des droits socio-économiques du peuple, ni élections libres et transparentes.

Ce sont ces réalites combien tristent et fondamentales qui agacent les Tchadiens de tous bords.

 

 

                                                  Un seul mot : Deby Dégage  !

 

Makaila Nguebla