Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

maktchadenligne.jpg
Selon une source bien informée à Ndjaména, confirmée par un membre  d’une faction armée tchadienne ayant pris part aux affrontements militaires qui ont opposé début décembre 2009,  les forces du MPS aux  trois mouvements armés dans la région de Korbon-Melfi-Tissi, la personne dont le régime Deby déclare avoir arrêté, ne serait pas le colonel Djibrine Dassert, mais plutôt, un de ses compagnons de lutte qui porterait le même nom  que lui et serait en permission dans un village.

 Il aurait étè  malheureusement, trahi par un habitant, élément embusqué qui opère en souterrain  pour le compte de l’Agence Nationale pour la Sécurité (ANS), redoutable police politique du pouvoir en place.


Par ailleurs, notre source révèle également de cas des exactions massives dans plusieurs localités environnantes, théâtres de  violents combats meurtriers de ces dernières semaines.

Une véritable chasse à l’homme est mise en œuvre et il y règne un climat  de  terreur indescriptible loin des regards des ONG de défense des droits de l’homme. Nous assistons à une situation apocalyptique qui a fait déplacer de centaines  personnes civiles parmi lesquelles, des femmes, vieillards et enfants.


Aujourd’hui, la question que tout observateur attentif et initié aux propagandes médiatiques du régime Deby est de savoir : comment peut-t-on expliquer réellement le silence des organes de presse gouvernementaux face à l’ « arrestation » du colonel Dassert ?

Quel sens peut-t-on aussi donner à l’enthousiasme prudent des autorités en place ?


Traditionnellement, Ndjaména jubile à chaque fois qu’il enregistre des succès militaires ou des réconciliations politiques d’un membre de l’opposition.


Posons-nous la question une fois encore pourquoi ni Télé Tchad, le site de la primature et de la présidence ne pipent-ils mot sur cette arrestation du maquisard Dassert ?


Le ministre  M. Ahmat Bachir, réduit au diapason de prêcheur  du régime, désinforme l’opinion sans détenir une version fondée de l’information véhiculée.


Les Tchadiens, par ailleurs avisés et lassés ne prêtent au grand jamais les oreilles à ce que dit un régime totalement désavoué au plan national par son impopularité affichée.


Makaila Nguebla