Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La question liée aux financements de la blogosphère tchadienne, mérite d’être évoquée pour lever définitivement l’équivoque.


En effet, en  2007, un éminent journaliste travaillant à Radio France Internationale (Rfi) en charge de  la question tchadienne, de passage à Dakar, avait manifesté le désire de me rencontrer au sujet du Tchad. Je lui donnais  alors  le  rendez-vous au siège d’une organisation de défense des droits de l’homme. Il y  était arrivé  puis je l’emmenais  chez moi dans un modeste quartier de l’Amitié II de la capitale sénégalaise.


Ce journaliste, aujourd’hui, en poste à Dakar ,  couvre en même temps l’actualité africaine des pays de  la sous-région.


Arrivée chez moi, lors de notre entretien, il me fait savoir que selon les informations recueillies auprès de ses différentes sources au Tchad et en France, le Soudan finançait les sites et blogs fidèles et proches de l’opposition tchadienne en exil et acquis à la cause de la rébellion.


Scandalisé par cette révélation, je lui faisais savoir simplement que si les autorités soudanaises financeraient  les activités médiatiques de nos sites et blogs, il aurait constaté de visu, lui-même à travers nos moyens matériels de travail  qui éventuellement  justifieraient  ce hypothétique soutien de Khartoum.


En clair, pour répondre à ses préoccupations,  je lui  disais simplement que nous sommes des Tchadiens et sommes concernés directement par la situation tragique que vit notre pays sous Idriss Deby, ce qui explique l’engagement médiatique des étudiants, acteurs politiques, femmes, et autres citoyens désabusés,  ont opté pour la lutte pacifique à travers la toile afin d’ interpeller l’opinion internationale face à un cas de conscience qui se passe dans l’indifférence absolue.


De plus,  pour le rassurer ,  je lui confirme aussi que parmi les webmasters et gérants des sites et blogs, il en existe,  ceux qui ne sont pas acquis à la cause de la lutte armée, même si une part belle des publications d’articles  est concédée aux mouvements politico-militaires de l’est et autres forces politiques du pays.


Cette fois-ci, c’est le tour d’un autre journaliste et chercheur sur le Tchad, il est de la presse écrite, son journal est basé à Oslo (Norvège), qui, lui aussi, en mission dans la capitale sénégalaise,  a souhaité me rencontrer en vue d’échanger avec moi,  sur les différents points relatifs à l’actualité tchadienne en ce temps de répit.


Mon second interlocuteur également,  aborde la question se rapportant aux activités des sites et blogs tchadiens,  il aurait appris  la même information, que Khartoum, soutiendrait à la fois les rebelles tchadiens et les médias en ligne de l’opposition en exil.


Atterré, une fois de plus par cette révélation, je lui réponds simplement que cela fait partie de l’intox, de la désinformation et de cette série de propagande haineuse,  mafieuse et nébuleuse du régime tchadien, qui, pour justifier sa folie à faire continuellement la guerre et dilapider les maigres ressources du pays, ment comme il respire pour convaincre l’opinion internationale que le Soudan reste une menace pour le Tchad et  pour sa stabilité.


Au demeurant,  je demande  à ce énième journaliste, de bien vouloir  faire preuve d’un sens élevé  de discernement  avant de se verser dans l’illusion et  d’admettre les propos tenus par les autorités tchadiennes, connues pour leur légendaire  monopole de mensonges grossiers  souvent vomissant  et dégueulant, et  qui consistent à présenter l’autre comme le mal absolu.


Tirant la leçon de cet entretien,  mon interlocuteur, a nettement compris que la crise  du Darfour et le conflit au Tchad, relèvent donc objectivement de la mauvaise volonté du régime d’Idriss Deby,  à s’inscrire dans une logique de guerre et de destruction de son pays  au lieu de pacifier le Tchad;  le Soudan, n’est qu’un bouc-émissaire d’une situation  sociopolitique  complètement putréfiée  dont la responsabilité qui est la sienne,  incombe de  sa gestion  qui rappelle  un TSUNAMI de malheurs au peuple tchadien.


Pour être clair et précis, il faudrait que l’opinion publique africaine,  occidentale et internationale retienne une fois pour toute, que la blogosphère tchadienne est autonome, sa principale source de revenu réside au niveau de sa  compétence en matière de  ressources humaines,  ses financements sont endogènes et proviennent de tous ceux  qui militent avec leurs moyens de bords contre les moyens  dont dispose l’Etat tchadien  qui use et abuse des diverses  ressources des paisibles citoyens sans défense ni protection au plan national et international.

 


Makaila Nguebla