Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Monsieur Ahmat Doungous est né vers 1956 à Abéché, il étudia la médecine  à Bordeaux en France. Il est un ancien élève officier de l’école des services de santé des armées. Un parcours jusqu’à là sans faute, sauf que l’usure du temps commence à prendre possession de la probité de notre compatriote.

Ce médecin « défroqué » victime du fantasme de régression pathologique, ancien militaire sous le règne du général Félix Malloum, a été longtemps l’éminence grise auprès de Kamougué pour les tueries contre ses coreligionnaires, rongé par la crainte de se voir un jour rattrapé  par son passé de taupe du Conseil supérieur militaire (CSM) au sein des musulmans et ressortissants du Ouaddaï géographique, celui-ci préféra prendre le chemin de l’exil plutôt que de croiser le regard inquisiteur de ses anciens victimes encore vivantes, des veuves et enfants de ceux-là même que Kamougué avait massacré sous prétexte qu’ils étaient proches des rebelles.

Si Docteur Ahmat Doungous semble croire que son long séjour en France ait absout ses « crimes de jeunesse » et qu’il se croit en devoir de faire des sorties médiatiques  erratiques et baveuses pour s’attaquer encore aux personnes de sa région, notamment Messieurs Youssouf Saleh Abbas et Ahmat Bachir, les souvenirs de sa traitrise et ses fanfaronnades auprès de Malloum, Kamougué et le gotha du CSM, responsables de nombreux crimes jamais punis comme ceux des femmes tuées et horriblement mutilées (seins coupés) par la tristement sinistre clique de Malloum sous les conseils du médecin du diable qu’est Ahmat Doungous. Son ego surdimensionné a fini par lui altérer la raison.

Le sinistre Docteur la mort, palefrenier par excellence et béni oui-oui de Kamougué, au lieu de songer à se faire pardonner sur ses crimes commis sur les musulmans et les ressortissants du Ouaddaï géographique sous le régime des militaires, s’arroge une légitimé outrageuse en accusant des gens comme Youssouf Saleh Abbas et le Ministre Ahmat Bachir comme responsables de la mort de Monsieur Ibn Oumar Mahamat Saleh, tout en foulant aux pieds des crimes qu’il avait commis au temps où il était au service du CSM de Kamougué et Malloum. Il avait vendu la vie de ses proches en espérant bénéficier des avantages que pourrait lui offrir le CSM, mais que nenni!

Ces accusations gratuites et graves peuvent le conduire devant les tribunaux (même en France), car personne au monde ne peut nier que la mort de cet opposant politique (feu Ibn Oumar Mahamat Saleh, que Dieu ait son âme) n’est pas le fait que des citoyens comme Youssouf Saleh Abbas ou Ahmat Bachir aient pu avoir la possibilité de commettre. Les auteurs de ces crimes sont bien connus et identifiés grâce aux recoupements des informations bien détaillées et fiables.

 

 L’honorable député Yorongar Ngarledjy, une des victimes de l’enlèvement ayant conduit à la disparition d’Ibn Oumar Mahamat, est mieux indiqué pour témoigner par rapport à ces accusations, s’il est franc et de bonne conscience. Déjà n’avait-il pas donné des noms dont celui d’un conseiller Français? Pour une fois, Docteur Ahmat Doungous rongé par ses remords et la sénilité veut ternir l’image des ressortissants ciblés de la région du Ouaddaï où il se sent complexé. Vouloir attribuer la responsabilité de la mort d’Ibn Oumar Mahamat Saleh aux sieurs Ahmat Bachir et Youssouf Saleh Abbas est une incohérence que le commun des Tchadiens ne pourrait avaler.

 Le controversé Docteur ne pourrait comme on utilise une baguette magique pour trouver des boucs émissaires dans cette affaire. La famille du défunt est mieux indiquée pour porter des accusations. Certes, dans la politique on trouve tout : règlement de compte, la haine, la jalousie, le faux et le vrai… Mais on ne pourrait jeter à la vindicte populaire, des compatriotes en diffusant des propos diffamatoires, calomnieux, injurieux et empreints de cupidités. Le peuple Tchadien n’est pas dupe et ne se laissera pas abuser par des vendeurs d’illusion et illuminé même si on a un titre de médecin, mais médecin défaillant depuis des années.

Le Docteur Ahmat Doungous a-t-il reçu un pactole pour jeter en pâture ses anciens amis? Pour qui agit-il? A-t-il repris ses sinistres fonctions comme au temps du CSM qui consistaient à détruire ses proches? Croit-il effacer ainsi les noms des victimes des exécutions que sont l’officier Koumbo et ses amis? Reproche t-il a YSA de ne l’avoir pas « casé » à un poste de responsabilité dans son gouvernement? En tout cas, les faits démontrent que le fameux Docteur trop ambitieux, avait usé de tous les artifices pour accéder à des hautes fonctions, mais ses capacités mentales décadentes sont devenues un boulet à travers la gorge et un handicap pour lui.

 Faisant présentement l’objet de sérieux problèmes de dépression et de trouble de la personnalité qui lui vaut des prises concomitantes de médicaments et des thérapies suivies auprès des spécialistes aidant les personnes en détresses psychologiques, le chemin vers la lucidité d’esprit sans médicament est encore loin, très loin même. De fois, on devient sénile avec l’âge et l’on meurt avec cet amoindrissement mental. Prions Dieu le très grand pour que le Docteur Ahmat Doungous recouvre sa santé mentale.

Au lieu d’être un médecin au service des patients, lui-même est devenu un patient qui est maintenu lucide par le biais d’une lourde médication qui l’aide à surmonter sa terrible dépression. Est-il entrain de voir les images des cauchemars qu’il avait scénarisé avec Kamougué pour détruire ses frères et surtout les ressortissants du grand Ouaddaï? La mort de son parrain et chef Kamougué est-elle entrain de réveiller dans sa mémoire rapiécée un élan d’orgueil? Croit-il enterré à jamais ses actes répréhensibles sous le CSM? Accuser des gens sur la mort d’une personne qu’elles n’ont pas la prétention ni la capacité de commettre est une gageure que seul, un docteur raté de la trempe de Ahmat Doungous peut le faire.

Le Tchad a connu son histoire de soubresauts et de violences. Vouloir enterrer profondément les crimes commis sous les régimes de Tombalbaye et Malloum tout en se focalisant sous  des choses récentes, ne permettra pas non plus au Docteur de se faufiler dans les mailles du filet de la justice et de l’histoire. Un jour, les dossiers seront ouverts. Mort ou vivant, son nom sera cité comme complice des crimes atroces commis par Kamougué et Malloum. Un jour, il sera demandé qu’il soit jugé apte ou inapte de subir un procès, compte tenu de sa déplorable condition mentale actuelle.

À force de vouloir gesticuler, notre Docteur est entrain d’aggraver sa santé mentale actuelle qui est si heureusement maintenue à bout de bras par une forte médication. Une médication à forte dose capable d’endormir un éléphant. N’est ce pas la seule voie pour anéantir un trouble envahissant? Ses nombreux médicaments étaient parvenus à avoir raison de son estime de soi, sachant pertinemment que de tels médicaments ont toujours raison sur la virilité d’un homme quelque soit sa constitution physique. Une rechute, pourrait le conduire une fois de plus, à endosser sa familière camisole de force.

Le paon à beau paradé pour montrer ses belles et rayonnantes plumes, il finit par être rattrapé par la ronde éternelle du temps plus corrosive encore, qui dépeint la sublimité et la brillance de ces plumes. Il devient l’ombre de lui-même, insignifiant face aux femelles en chaleur. Pour se mettre en valeur, il s’attaquera aux juvéniles pour les déplumer vainement. Mal lui en pris, il perdra davantage de plumes face aux ripostes énergiques des paons à fleur de l’âge. Cet exemple est juste une métaphore pour dire au Docteur qui peut avoir une lucidité d’esprit pour se rendre compte qu’il a lancé la balle du mauvais coté. Rectifier le tir ne conduira pas au but. À attendant, Docteur Doungous, nous vous souhaitons un prompt rétablissement et surtout un rapide retour sur terre et à la réalité de notre monde. Puisse nos cœurs se tourner inlassablement vers Dieu, notre Créateur suprême afin d’élever des prières soutenues pour un rétablissement psychologique de notre compatriote Docteur Ahmat Doungous.

Al hadj Moussa Guétane

Ancien collègue