Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La Rédaction des "Regards d'Africains de France"

La situation intenable  en Côte d’Ivoire engendrée par la soif du pouvoir du président sortant Laurent Gbagbo est la preuve tangible que la démocratie a encore du mal à s’installer en Afrique. Les présidents sortants ont toujours du mal à accepter leur défaite en s’accrochant comme une puce soutenus par des généraux qui les entourent.  Que faire donc face à des telles situations, surtout que la communauté internationale se montre incapable de trouver des solutions adéquates. Les populations africaines quant à elles sont toujours prises en otage et surtout ne savent plus à quel saint se vouer. La violence serait-elle le dernier recours dans le cas actuel de la Côte d’Ivoire ? Gbagbo fera-t-il preuve d’humilité en remettant tout simplement le pouvoir à Ouattara Alassane Dramane, l’homme choisi par le peuple de façon démocratique grâce aux urnes ?  Comment faire pour éviter un bain de sang dans ce pays ? Voici les réactions de nos lecteurs à travers le monde.

Léaodie du Burkina-Faso : J'ai peur que la Côte d'Ivoire se transforme en 2ème Somalie. Je suis dégoûtée, car c'est le peuple qui est pris en otage dans ce que j'appelle un putch version Gbagbo. Après sept ans de lutte pour retrouver la paix et la démocratie par les urnes. Le peuple a élu Ouattara et les urnes ont parlé. Si Simone était un homme, elle serait la pire des dictateurs. Mon président médiateur  Blaise Compaoré (Burkina Faso) n'est pas le mieux placé pour régler la situation, car lui-même est un semi dictateur. En modifiant la constitution, il est parvenu à se faire élire le 21/11/2010 pour un  4è ou 5è mandat. Dans tout ça, c'est l'armée que je condamne, car elle n'a pas joué son rôle.

Michèle de Bordeaux : Je suis désolée de ce qui se passe en Côte d'Ivoire, un pays où j'ai passé huit très belles années et que j'aime. Gbagbo ne veut pas quitter le pouvoir, moi je m'y attendais, ils sont tous pareils. A mon avis le pays devrait se couper en deux, pour éviter une nouvelle guerre civile.

Editorialiste tchadien depuis Paris : Après dix (10) ans de règne, je me demande pourquoi Gbagbo veut encore s'accrocher au pouvoir au risque de plonger le pays dans un bain de sang et ternir définitivement son image sur le plan national et international ? J’ai vraiment apprécié l'attitude de Guillaume Soro qui a  préféré présenter sa démission à Allasane Ouatara.

 

Professeur aux sciences politiques de Paris: la situation est en effet inquiétante. Gbagbo n'a pas su bien tricher!

Adamou  Maimota, Journaliste camerounais, RFI Haoussa : Pour la Côte D'Ivoire, c'est simplement dramatique, et cela prouve encore que l'Afrique ne peut pas mener un processus démocratique à bon port. De toutes les manières la sous région encore moins la Côte d'Ivoire n'a nullement besoin de la guerre, quoique la balkanisation soit irréversible à en juger aux prises de positions que cela suscite ici au Cameroun. Le démon des suspicions est revenu en surface et le soutien à l'un ou l'autre des candidats ici n'échappe pas aux divergences religieuses et régionales. J'ai assisté à un match de football  hier au stade de Yaoundé. En marge du spectacle les discussions qu'il y avait eu autour de la Côte d'Ivoire entre des Camerounais du sud et du nord m'ont donné de la sueur froide. Enfin...... prions seulement 

Zarha, assistante sociale depuis N’djaména : Ce qui se passe en Côte d’Ivoire m'écœure, c’est une honte pour l’Afrique. Gbagbo mérite une bonne correction, mais Ouatara ne peut rien lui sans l’aide des occidentaux. Je préfère ignorée cette situation,  car ça me met hors de moi.

Citoyen ivoirien : Eh oui on se retrouve dans un pays avec  deux Présidents et déjà deux gouvernements. S’il te plait!!
Sur place les avis sont partagés, selon que la personne est proche de Ouattara ou Gbagbo. Personnellement, je ne suis pas d'avis avec Gbagbo. Ce monsieur, entouré de sa femme Simone et les autres désoeuvrés  comme Charles Blé Goudé et consorts veulent plonger la Côte d'Ivoire dans l'abîme.  Gbagbo a perdu les élections, il veut se maintenir au pouvoir en instrumentalisant la Cour constitutionnelle ivoirienne.  C'est dommage. Il y a peut être la force pour le faire partir, mais  à quel prix? Selon moi, il faut que la partie jouée actuellement par Ouattara Alassane soit soutenue.