Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Regards d'Africains de France/Ahmat Zéïdane Bichara, prix Lorenzo Natali 2006

 

Ce tourbillon  politico-médiatique autour de l’affaire Hissein Habré  à Dakar remonte à 2007. En effet, vous souvenez-vous encore quand le régime d’Abdoulaye Wade avait procédé à la  reforme de son code de procédure pénale, pour l’adapter aux conditions d’organisation du procès selon les normes internationales, malheureusement tous les professionnels de la justice ayant assisté aux travaux se retrouvent ainsi surpris  face   au volte-face des hautes autorités senegalaises, à savoir faire  extrader Hissène Habré vers son propre pays où il a déjà écopé d'une condamnation à mort pour un autre chef d'accusation . Au fond, cela ne ressemble guere à une extradition mais plutôt à une expulsion  vers son pays d’origine. C’est donc facile à comprendre ce jeu politique qui ressemble curieusement au jeu  du chat et de la souris entre l’actuel président tchadien Idriss Deby et son homologue Abdoulaye Wade à l’égard de l’ancien dictateur Tchadien en exil depuis la date de son départ forcé  de la présidence du Tchad,  le 1er décembre 1990 à 2011. Il totalise  21 ans  d’absence de sa terre d’origine où son arrivée au pouvoir était célébrée avec beaucoup de liesse populaire, adulé à l’époque comme un  sauveur  qui a fini en vrai démon. Une véritable sangsue de son propre peuple. La somme volée lors de sa fuite est estimé à 7 millards de francs CFA par Deby et 3 032 080 000 f.CFA par la comission d'enquête, laissant derrière lui les caisses publiques vides. 

 

Tous les crédits que son régime avait accordé à tous ses parents, les autres membres de son ethnie et ses collaborateurs n'ont jamais été remboursés jusqu’à nos jours. Tout s’est envolé comme des feuilles mortes emportées par la force du vent. Mais ses actes que les Tchadiens n’oublieront jamais, même  si la justice tchadienne le condamne pour crimes contre l’humanité, ce sont les images des centaines de personnes rendues invalides à cause des tortures qu’ils ont subi, des listes des centaines  et des centaines de personnes assassinées parfois  sans aucun  motif. Ils  ont juste été accusés, torturés, ou assassinés tout simplement pour leur appartenance ethnique, pour leurs débats contradictoires à l’égard du régime. Les tchadiens et la communauté internationale n’oublieront jamais la liste des tortionnaires et des présumés criminels ayant participé sans honte à l’ensemble de ces crimes commis contre le peuple tchadien, qualifés de crimes contre l'humanité pour reprendre les termes des organisations de défense des droits de l’Homme et  les médias nationaux et internationaux.

 

Aujourd’hui même, ces informations sont faciles à vérifier grâce aux moteurs de recherches internet. Hissein Habré porte aussi  l'image de celui que le président Idriss Deby avait condamné à mort par contumace pour d’autres crimes à l’égard de son régime et à l’égard du peuple Mais  tout ça  ce n’est qu’un jeu, car en réalité on ne parlera jamais assez, il ne s’agit pas d’extradition, mais plutôt d’expulsion d’un territoire donné vers un autre. Cela peut être vers le Tchad ou vers une autre destination. Ce sont les autorités tchadiennes qui ont sauté sur cette occasion pour peut-être gagner la confiance  de leurs populations qui ne croient plus  à personne, même après des élections présidentielles et législatives truquées. De la décision des autorités sénégalais de vouloir à tout prix se débarasser d’Hissein Habré,  une image génante et encombrante, on tire beaucoup de questions  et réactions négatives, un trouble fait, puisque en réalité même s’il s’agit d’extradition pour le faire juger, Hissein Habré ne sera pas condamné pour son accusation de crimes contre l’humanité des années  précedentes où il avait servi comme chef d’Etat, mais tout simplement parce que les autorités tchadiennes estiment qu’il avait soutenu un chef rebelle issu de son ethnie Mahamat Nourri actuellement en exil dans un pays arabe.

 

Idriss Dèby se croit malin, car il ne peut jamais condamner Hissein Habré son ancien patron, puisqu’il fut pendant plusieurs années son chef d’Etat major avant de claquer la porte pour  se retourner contre lui. Mais bien avant cela, Il avait dirigé plusieurs opérations de ratissage et d’élimination de nombreux tchadiens, originaires  du sud, de l’Est et du centre du pays. Aujourd’hui, il faut bien comprendre les combats des plaigants et leurs divers soutiens,les dires  des hommes et les femmes membres des droits de l’homme ou des avocats qui réclament une justice équitable à l’égard d’Hissein Habré. Que signifie une justice équitable contre un accusé criminel ? L’absence d’un vrai jugement d’Hissein Habré ne sera pas forcement négative à l’égard de l’accusé, elle pêut être à l’égard et surtout des victimes et du peuple tchadien qui ont déjà trop attendu.En l’inculpant juste pour des troubles et atteintes à l’Etat tchadien, l’ancien homme fort de N’djaména peut être aussi acquité et sera libre et intouchable le même jour où le véridict a été rendu public par les juges ayant dirigés son procés. Il y aura-t-il des represailles à craindre de la part des victimes ou tout simplement de la part des populations tchadiennes, je ne pense pas, car aujourdh’ui à l’heure actuelle à part l’ethnie  du président et celle d’Hissein Habré  aucune autre n’est surarmée, capable de mèner au cœur de la capitale des opérations des révoltes contre la personne de Dèby ou d’Habré. C’est une triste réalité, mais tout en disant que c’est la vérité.

Le malin Deby tient à éviter ce procés, puisqu’il ne peut jamais rendre une justice équitable pour avoir plongé ses mains jusqu’aux coudes dans le sang de ses victimes comme son patron Hissein Habré. Pour ce faire, il préfére juste tout simplement accuser Habré des crimes contre son régime pour éviter d'être éclaboussé par son  implication directe. Dans ces conditions, cela ferait beaucoup plus du  mal aux Tchadiens, surtout aux victimes et aux parents, enfants, épouses, époux des victimes d’Hissein Habré, puisque même s’il arrive d'être condamné par la justice, cela n’aura rien à voir avec les chefs d'accusations portés contre lui par les victimes et la communauté internationale, mais tout simplement parceque c'est une personne génante pour le régime actuel des Zaghawas. On a tout compris le jeu et le peuple tchadien n’est pas dupe, puisque tout le monde sait bien que Deby est entrain de vouloir mener l'opion en bateau pour masquer son impopularité malgré des initiatives tous azimuts. Attendons  d’abord le déroulement de ce vol spécial affrété par les autorités sénégalaises, ce lundi 11 juillet 2011 pour envisager d’autres analyses autour de ce présumé condamné.

 

Du côté du Sénégal, la décion soudaine de Wade  d’expulser Habré Habré, c’est parceque les ressources financières de l'ancien président sont épuisées. Il y a plus à perdre qu'à gagner actuellement avec lui. En plus, le financement de son procès par la justice sénégalaise rencontre des difficultés. Rappellons que le coût estimatif du procés, dressé par le Sénégal s'élève à  environ 28 millions d’euros mais  il avait été revu à la baisse à 8,6 millions d’euros par la table ronde des bailleurs réunis en novembre 2010 à Dakar.

Cet argument financier semble la principale raison à l'origine de cette décison controversée du gouvernement sénégalais