Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ERICTO-copie-1.jpg
Eric Topona, journaliste à La Voix

Processus 
électoral
La route est déjà tracée

 

Après la mise en place des  démembrements de la CENI, le chronogramme
des opérations électorales a été rendu public, ouvrant ainsi la voie aux futures élections.

Selon ce chronogramme, les élections législatives auront lieu en novembre 2010, tant disque la présidentielle est prévue en Avril 2011.

L’annonce de ce calendrier, marque le début du processus devant conduire à des élections, que tous les acteurs politiques de toutes les obédiences espèrent crédibles et propres.  Après la signature de l’Accord politique du 13 août 2007, un  point a risqué de briser le consensus né de ce compromis politique, à savoir l’aspect concernant le type de recensement à adopter.

 L’opposition démocratique, du moins celle qui n’est pas entré au gouvernement a estimé qu’il allait maintenir le recensement biométrique, conformément à l’esprit et à la lettre de l’Accord du 13 août, qui dit que le recensement électorale devra être informatisé  et comporter des données biométriques.

Réaction de la majorité présidentielle : l’Accord du 13 août ne dit pas expressément que ce recensement doit être  biométrique, mais devant comporter des données biométriques, ce qui sous entend un recensement informatisé.

Les deux parties n’étaient donc pas sur la même longueur d’ondes. Pour
éviter l’embrasement, le Président de la République a réussi à concilier les deux positions, avec la signature le 4 décembre 2009 au palais Rose d’un Accord.

A  l’unanimité, les acteurs politiques ont adopté  le  recensement informatisé,  une avancée notable qui rejoui Paris: « La France salue la récente adoption par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) tchadienne d'un calendrier
électoral, qui fixe les dates des prochaines élections législatives, locales et présidentielles au Tchad à l'automne 2010 et en avril 2011.

Cette adoption constitue une nouvelle étape essentielle dans la mise en oeuvre de l'accord entre les partis politiques tchadiens signé le 13 août 2007.


La France continuera, aux côtés de ses partenaires européens et internationaux, d'apporter son soutien à l'organisation d'élections libres, démocratiques et transparentes au Tchad. » indique en substance le communiqué du Quai Dorsey.

En plus de cela, les membres du bureau permanent des élections a été mis en place par Décret. La dernière étape restera l’organisation matérielle du recensement électoral prévue pour la mi mars courant.

L’Union Européenne, l’un des partenaires de l’Accord du 13 août 2007, promet dépêcher une équipe  d’observateurs internationaux, qui auront pour mission de superviser toutes les échéances électorales, cruciales pour l’avenir politique du Tchad.


Eric Topona

 


Pendant ce temps, les partis politiques (opposition et majorité) affûtent les armes, pour ne pas se laisser surprendre. La bataille va s’annoncer rude, car les forces en présence n’ont pas le même poids politiques. Un leader de la CPDC la même reconnu : « l’opposition n’est pas implanté dans le pays, le MPS part en grand favori. D’où une union des partis de l’opposition est souhaitable si l’on veut affronter le parti au pouvoir »