Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

COORDINATION DES PARTIS POLITIQUES POUR LA DEFENSE DE LA CONSTITUTION

                                                                  (CPDC)

 

   COMMUNIQUE DE PRESSEN°05/CPDC/010

 

Les partis politiques membres de la CPDC ont tenu, le 24 août 2010, une Plénière au cours de laquelle ils ont examiné l’évolution de la mise en œuvre de l’Accord politique du 13 août 2007. Ils ont relevé de nombreux sujets de graves préoccupations :

1-   La dépolitisation et la démilitarisation de l’Administration publique ne sont pas dans l’agenda du gouvernement quand on observe les immixtions des responsables à tous les niveaux dans les opérations électorales d’une part, et l’utilisation à outrance des moyens et attributs de l’Etat aux fins de propagande électorale hors délai d’autre part.

2-   La monopolisation des médias publics par le MPS Parti – Etat, à telle enseigne qu’on se croirait aux temps des pires dictatures que le pays a connues.

3-   L’exclusion, contrairement à la pratique depuis le début du processus, du Comité de Suivi et d’Appui des mécanismes d’élaboration des lois découlant de l’Accord.

4-   L’Adoption, par des passages en force, des lois importantes prévues par l’Accord, notamment la loi sur la presse qui comporte plusieurs dispositions rendant sans effets celle relative à la dépénalisation  des délits de presse, et la loi organique fixant le nombre de députés et leur répartition par département (loi inique, violant le principe constitutionnel de l’égalité des citoyens).

5-   Les manipulations évidentes de la CENI devenue une simple chambre d’enregistrement et de validation des désidératas du pouvoir.

De tout ce qui précède, la CPDC, qui tient au maintien du consensus et à l’application optimale de l’Accord politique du 13 août 2007, interpelle toutes les parties engagées dans le processus, en particulier le Président de la République et la Communauté internationale, afin que :

 

1-    Les mesures propres à améliorer l’environnement général (sécurité, dépolitisation et démilitarisation de l’Administration, liberté d’expression, …) soient prises de toute urgence, vu la proximité des échéances.

2-    Les lois non consensuelles (loi sur le régime de la presse et loi organique sur le nombre de députés) soient reprises conformément au consensus du Comité de Suivi et d’Appui.

3-    Que les moyens de l’Etat soient mis à la disposition des acteurs de façon équitable.

Faute de quoi on ne saurait parler ni de compétition loyale, ni d’élections libres et démocratiques. Et dans ces conditions, la poursuite de la participation de la CPDC à ce processus n’aurait pas de sens. Par conséquent, elle se verrait obligée d’en tirer toutes les leçons nécessaires.

 

                                          Fait à N’Djamena, le 26 août 2010

Pour la CPDC

 Le porte-parole adjoint

Saleh Kebzabo   

Lire la version PDF

 

 

Le Porte parole de la CPDC, IBNI OUMAR MAHAMAT SALEH, enlevé à son domicile le 03 février 2008 par des éléments de la Sécurité Présidentielle, reste jusqu’à ce jour introuvable